Friend Feed est très à la mode, surtout depuis le gros Buzz autour de ce service depuis le SXSW, et je n'en ai pas encore parlé. Alors c'est quoi FriendFeed? Il s'agit simplement d'un agrégateur social qui agrège le contenu de vos différents réseaux sociaux: Facebook, Delicious, Flickr, Blog, Linkedin, Digg, Twitter, Pownce, et j'en passe, le tout sur une même page. Une autre page permet de regrouper l'activité de vos amis sur leurs réseaux sociaux.

FriendFeed

Alors, il est vrai que l'initiative de base est une bonne idée: regrouper l'ensemble de sa vie sociale sur une seule et même page. Il y a des fonctionalités intéressantes telles que l'envoi de mail journalier de l'activité de vos amis, fonctionnalité qui a notamment été intégrée récemment sur Flickr. Mais au delà de cette idée, on détecte si l'on utilise FriendFeed quelques problèmes de taille.

D'abord le problème de la confidentialité des données. Pour ne prendre que mon exemple, je n'ai pas du tout les mêmes amis sur les différents réseaux sociaux: d'une part parce que l'on n'utilise pas tous les mêmes, mais aussi car ils n'ont pas tous la même utilité. Ainsi pour moi, entre Facebook, Twitter et Pownce, il va de soi que je n'ai pas les mêmes amis. Or, de fait, tout ce qui se passe sur FriendFeed est public. Ainsi, si un ami de Twitter m'ajoute à son FriendFeed, il va voir tout ce qui se passe ailleurs, ce que je ne souhaite pas particulièrement!

FriendFeed import

Outre ce petit problème de confidentialité qui est, je vous l'accorde, discutable, il y a aussi un problème qui est beaucoup plus essentiel: FriendFeed se place comme tout agrégateur comme une couche supplémentaire au dessus des divers réseaux sociaux qu'il agrège. Jusque là tout va bien, mais le plus intéressant, et peut-être le point le plus controversable de FriendFeed est qu'il est lui même un réseau social, et permet de poster des notes, mais aussi de poster des commentaires ou de dire qu'on aime une note. Le vrai problème se situe dans le fait que ces commentaires sont internes à FriendFeed, ce qui fait qu'on est obligé d'aller les voir sur FriendFeed.

C'est un peu bizarre de voir qu'un service qui se dit agréger du contenu de tous les réseaux sociaux sache se servir des différentes API fournies par ces derniers en lecture, mais n'ait pas pensé à se servir des réseaux sociaux en écriture. Scoble s'interrogeait il y a quelques jours sur FriendFeed et le nombre de services que nous utilisions, en concluant que sur les 14 services qu'il utilisait, seuls 5 survivraient sur le long terme. Si FriendFeed continue dans cette voie, cela risque de ne pas être seulement sur le long terme.