C'est un fait: nous avons beau être hyperconnectés, nous n'avons pas tous Internet partout. Et même si le Wi-Fi à 300 km/h est en phase de test à la SNCF, les personnes qui ont un accès Internet où qu'ils se trouvent sont encore peu nombreuses, je n'en fais d'ailleurs pas partie. Alors, le gros défi des prochains mois, mais aussi des derniers est celui des applications en ligne qui sont consultable hors ligne.

Logo Google Gears

Google a déjà eu l'occasion de lancer un pavé dans la marre l'année passée avec Google Gears. Il parait que la prochaine version de Wordpress sera compatible avec ce dernier pour pouvoir travailler et écrire ses articles hors-ligne, signe peut-être de l'explosion de Google Gears à venir cette année, selon certains. Et Google n'est pas seul sur ce marché: Microsoft est aussi là avec son Sync Framework, et Yahoo a pointé le bout de son nez avec BrowserPlus. Sans oublier Adobe, avec AIR, auquel est intégré une base de données native, qui n'est autre que SQLite si mes souvenirs sont bons.

Soyons honnêtes, la synchronisation online offline n'a rien de révolutionnaire. C'est un concept qui n'est pas vieux comme le monde, loin de là, mais les entreprises y ont déjà accès depuis bien longtemps. Avec des solutions telles que Domino, IBM est déjà présent sur le marché depuis bien longtemps. Bien entendu, ce sont des solutions d'entreprise qui coutent cher, même très cher!

Mais au fond, ce qui me choque le plus dans toute cette histoire, c'est que j'ai l'impression que cette nouvelle tendance a vraiment un train de retard. Car le véritable défi de demain ce n'est certainement pas la possibilité de travailler hors ligne mais plutôt, et j'y reviendrai peut-être bientôt, le web mobile.

Pour autant, j'ai beau dire que la synchronisation online/offline est le défi d'hier, mais je songe de plus en plus à utiliser la suite Google (Docs et Reader) couplée à Gears pour pouvoir prendre du temps pour bloguer dans les transports en commun, car ce sont 45 précieuses minutes le matin qui pourraient être utiles pour redonner un souffle de vie à ce petit blog un peu en manque de billets en ce moment. Paradoxal...