Exotech.biz

Web, Technology & life by Bastien Labelle

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Keyword - Agrégateur

Fil des billets Fil des commentaires

Regator ne sera jamais un agrégateur de flux RSS mainstream

Si vous suivez un peu la blogosphère outre-atlantique, vous aurez très certainement remarqué que Regator, un agrégateur de flux RSS qui a fait un peu de bruit ces derniers jours, sur TechCrunch, Mashable, et d'autres gros blogs US. Il y a même quelques blogs français qui en parlent, sans même avoir pu le tester. J'ai pour ma part obtenu une invitation, et j'avoue que mes impressions sont assez mitigées.

Regator

Regator est en réalité un mélange de Digg-Like et de lecteur de flux RSS, j'irais même à le comparer à Wikio sans ses aspects shopping et classement d'influence. En effet, Regator fournit une liste de 3000 blogs disponibles tous très ciblés, regroupés par channels. On peut d'ailleurs s'abonner à des channels, ou à un seul blog de la sélection. J'en profite au passage pour dire que j'ai eu beaucoup de mal à trouver comment ajouter un blog à mon regator. En fait on ne peut pas, il faut le soumettre et attendre qu'il soit accepté.

Mais l'émergence des réseaux sociaux nous l'a bien montré: ce qui intéresse en priorité les gens, c'est ce qui les entoure, à savoir leurs amis, ce que disent leurs amis, ce à quoi ils s'intéressent. Donc essentiellement les blogs de leurs amis, et non pas une sélection de contenus présélectionnés, et dont l'ajout passera par une phase de modération/sélection. C'est donc une erreur stratégique de la part de Regator qui a pour objectif de devenir mainstream, et c'est la principale raison pour laquelle je pense que Regator ne s'imposera pas comme il le voudrait.

J'aurais donc tendance à parier sur un agrégateur plus simple tel que Planetaki ou encore Humanized Reader si je devais dire lequel deviendrait grand public, car ils sont vraiment simplissimes, là où Regator s'avère encore être trop complexe à mon gout.

Aujourd'hui c'est le RSS Awareness Day!

J'ai souvent dit que le RSS n'était qu'un terme technique qu'il fallait cacher à l'utilisateur. Cependant, je suis convaincu de son utilité, et du temps que celà peut faire gagner. En ce premier mai, c'est le RSS Awareness Day, le jour où il faut répandre le mot RSS.

RSS Awareness Day

Alors le RSS c'est quoi? Un petit tour sur la définition du Format RSS sur Wikipedia vous indiquera que c'est avant tout l'acronyme de Really Simple Syndication, qui peut se décrire comme tel:

Ce standard est habituellement utilisé pour obtenir les mises à jour d'information dont la nature change fréquemment, typiquement cela peut être des listes des tâches dans un projet, des prix, des alertes de toutes natures, des nouveaux emplois proposés, les sites d'information ou les blogs. Les Podcasts et vidéocasts sont conçus sur ce même standard en utilisant la balise 'Enclosure'. Pour les recevoir, l'utilisateur doit s'abonner aux flux, ce qui lui permet de consulter rapidement les dernières mises à jour, à l'aide d'un agrégateur, sans avoir à se rendre sur le site.

Et pour ceux qui n'auraient toujours pas compris, j'ai trouvé cette petite vidéo très sympathique, des éditions Milan Presse, où le RSS est expliqué aux enfants, qui sont certainement la meilleure cible quand on veut expliquer quelque chose.

Un agrégateur sert-il à lire ou simplement à trier?

Je suppose que la plupart des lecteurs de ce blog utilisent des agrégateurs pour lire leurs flux RSS, surtout s'ils sont abonnés à de nombreux sites. Un agrégateur tel que Netvibes ou Google Reader, pour ne citer que mes deux préférés, sert donc à gagner un temps précieux pour lire le contenu des flux RSS dans une interface uniformisée, qui rend donc plus productif en termes de veille.

Depuis quelques temps, je constate que mon utilisation des flux a changé. Auparavant, je n'allais que très rarement sur lesdits sites auxquels j'étais abonnés, et on peut dire que mon agrégateur était devenu le centre de ma vie numérique, si je puis dire. Je ne le quittais pas, j'avais l'impression d'être tellement plus productif.

Aujourd'hui, aussi étrange que celà puisse paraitre, je lis les billets des blogs non plus dans un agrégateur, mais dans sur le blog en lui-même. C'est certes moins productifs, mais j'y vois tout de même quelques avantages:

Tout d'abord, le confort de lecture. Lire un billet dans son agrégateur est agréable, le lire sur un blog l'est d'autant plus. J'ai l'impression que cela fait un peu partie de l'expérience utilisateur d'un blog que de lire un billet dans un cadre très particulier qu'est le design d'un blog. Bien évidemment, cela dépend aussi énormément du blog.

Lire un billet sur un blog permet aussi de lire la conversation qui en découle en commentaires, où l'on peut parfois lire des débats de qualité qui sont parfois ignorés si l'on se contente de son simple agrégateur. C'est d'autant plus intéressant en termes de veille quand de nombreux avis sont donnés sur un sujet.

Aujourd'hui, non, mon agrégateur n'est pas à mettre à la poubelle, loin de là, et permet un gain de temps magistral. C'est seulement mon utilisation qui devient différente. Je ne lis pas tous les billets de tous les blogs auxquels je suis abonné sur les blog eux-même, bien sûr, mais seulement les billets qui apparaissent être les plus intéressants. Je me contente de survoler ou lire en diagonale les autres, au pire pour les buzz et petits billets, de lire le titre. L'agrégateur est donc relayé au rang de tri, et m'aide à trouver de l'information pertinente.

Toujours en parlant d'agrégateur, je regrette parfois d'être passé de Netvibes à Google Reader pour ma veille pro, il faut avouer que les deux ont leurs limites. Entre les deux, mon coeur balance...

Planetaki, le lecteur de flux RSS grand public

On croit bien souvent que le mot RSS est entré dans les moeurs, mais il suffit de demander à des personnes un peu moins geek pour se rendre compte que ce terme est un vrai OVNI pour la majorité des gens. Ils l'ont compris chez Wikio avec leur nouvelle version Wikio Europa, et c'est Marc qui annonce fièrement que votre mère va pouvoir s'abonner aux RSS sans le savoir! Et ils sont de plus en plus nombreux à le comprendre.

Chez Planetaki, ils ont aussi compris que la notion de flux RSS devait rester le nom d'une technologie, qui devait rester dans l'ombre du grand public. C'est un lecteur de flux RSS dans lequel la notion de flux RSS n'apparait d'ailleurs pas, on parle simplement de sites web. D'ailleurs, un petit tour sur la dernière question de leur FAQ prête à sourire:

Isn't Planetaki a plain RSS Feed Reader?

What? RSS? Feed reader? These are strange words ;-)

We just know about planets, tools for reading your favorite websites all in one place.

Planetaki

Le principe est donc simple: on crée sa planète, où l'on peut rajouter des sites web, en supprimer. Les nouveaux billets apparaissent en noir sur fond blanc, et les billets anciens apparaissent en gris clair sur fond gris foncé, mais il existe deux autres thèmes. Simple, et intuitif. Ce n'est certes pas un agrégateur pour la veille intensive, mais il y a un réel marché à prendre au niveau du grand public, et Planetaki saura, je pense, convaincre les gens qui se contentent de lire les blogs de leurs amis, ou encore certains magazines en ligne.

Je dirais donc que chez Planetaki, ils ont tout compris! Et ça rime, en prime. C'est d'ailleurs comme ça que je vois l'avenir des applications. Car l'expérience utilisateur des applications web reste tout de même essentielle, outre l'ergonomie cognitive, il est tout aussi essentiel de se focaliser sur les termes employés. Les nouvelles technologies sont sensées simplifier la vie des gens, et pas seulement celle des geeks. Peut-être qu'un petit tour sur la planète Bastien saura vous convaincre.

Le Billaut Show teste Bubble Top by Orange

BubbleTop, Netvibes Killer by Orange?

Jean-Michel Billaut (qui fait de très bons podcasts) interviewe Virginie De Bel-air et Fabien Baretti, respectivement responsable business development et chef de produit internet chez BubbleTop. On y apprend des choses intéressantes: BubbleTop est compatible avec les widgets iGoogle, et sera très probablement ouvet à d'autres plateformes (telles que l'UWA Netvibes).

Virginie de Bel-Air (est-elle mariée au Prince? OK c'était nul!!) revient aussi sur les fonctionnalités sociales. Etant donné (au même titre que les microblogging apps) que ce sont des beta (ou alpha en l'occurence) privées, le nombre de contacts est restreint, mais comme j'avais précisé dans un ancien billet, c'est une fonction très utile qui manque réellement à Netvibes. Cette fonctionnalité ne devrait pas tarder à être palliée par la création d'univers. Ces derniers sont aussi en beta privée, disponibles sur invitation ou sur demande.

Je vous conseille vivement de regarder cette interview, que vous pouvez aussi télécharger en version vidéo ou audio.

Note: il me reste encore 4 invitations pour BubbleTop, alors si vous en voulez...

Note 2: La prochain web app by Orange concerne la musique et s'appelle Sound Tribes

BubbleTop, Netvibes Killer? Il y a encore du progrès à faire...

BubbleTop, Netvibes Killer by Orange?

Je viens de tester à l'instant BubbleTop, le Netvibes Like made in Orange, grâce à l'invitation gracieusement envoyée par Antoine Pic, et son blog sur le web 2.0 (publié sur le nouveau blog collaboratif de référence The FeedR). C'est donc avec beaucoup d'excitation que je me suis précipité sur le site en question.

Le splash screen en jette, un peu moins que celui de Pikeo, mais ça donne envie d'essayer. C'est une habitude chez Orange, il y a toujours un design assez beau, minimaliste et pur, qui donne une impression de légèreté, et surtout de clarté. Seulement, dès qu'on s'authentifie, c'est une toute autre histoire: les widgets sont assez grossiers (pour ne pas dire même moche), et on est très loin de l'esprit de clarté.

Deuxième mauvais point: C'est lent, très lent, trop lent!!! Il doit se passer environ une seconde entre le clic sur une news et l'ouverture du widget en "extension" où l'on peut lire la news en entière...

Le troisième mauvais point n'en est pas vraiment un, il s'agit du nombre de widgets disponibles: au nombre de trois. Ce n'en est pas vraiment un étant donné la jeunesse du service.

Passons maintenant aux bons points. Une chose remarquable, qu'il manque certainement à Netvibes: le côté social. On peut partager des flux publiquement avec des contacts, regarder les flux que lisent nos contacts, les flux sont triés par popularité, calculée par rapport au nombre d'inscrits (il me semble). C'est toujours intéressant de pouvoir partager des sources, de pouvoir faire découvrir aux autres ou encore de découvrir des sites ou blogs intéressants.

Le deuxième bon point vient palier le troisième mauvais point: BubbleTop ouvrira sa Foundry aux développeurs. Ce qui signifie que comme sur Netvibes, les développeurs pourront développer des widgets et les publier. Peut-être pourra-t-on même les partager?

Le troisième bon point... Je ne le trouve pas.

Soyons clair: Bubble Top est en version Alpha, il y a donc encore de la route à faire avant de pouvoir accéder au produit fini. Je me contente d'évoquer les quelques points qui m'ont marqué (et je n'ai pas parlé de la navigation au clavier qui rend vraiment contre-productif). Il est donc certainement très peu objectif de juger BubbleTop tel qu'il est aujourd'hui.

A ce propos, j'ai 5 invitations à distribuer. Qui en veut?

Streamy.com: mix de Netvibes, Digg, PageFlakes, IM, et autres

Streamy.com est une application web 2.0 assez intéressante qui s'inspire de beaucoup de sites déjà existant (parmi lesquels Netvibes, Digg, Google Reader) ou qui les intègre (AIM, Twitter, etc.). La fonctionnalité très intéressante est son côté social network pour les flux RSS. Et comme les images parlent mieux que les mots, je vous laisse avec cette petite vidéo (en anglais) qui résume l'ensemble des fonctionnalités.

Le site est actuellement en beta privée, j'ai d'ailleurs fait une requête pour obtenir une invitation. Est-ce que Streamy sera un Netvibes killer?

Pour l'instant, le site a levé assez de fonds pour se lancer. La question éternelle sur laquelle tournent la plupart des sites web 2.0 (et notamment Netvibes) se pose: quel sera le business model adopté?

Dans une interview sur Venture Itch, les créateurs évoquent la publicité. Cependant ils semblent avoir compris au même titre que Tariq Krim de Netvibes que l'époque de la bannière de pub était révolue, et se dirigent vers de la publicité plus transparente. On verra ce que ça donne. Je vous donne plus de news dès que je peux tester!

PS: Wahou je suis le premier blog français à en parler