Exotech.biz

Web, Technology & life by Bastien Labelle

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Keyword - Google Reader

Fil des billets Fil des commentaires

ReadAIR, le Google Reader façon AIR

Ceux qui me lisent régulièrement savent que je lis mes flux sur Google Reader depuis peu pour ma veille. Et les mêmes savent que je regrette parfois mon switch de Netvibes à Google Reader, notamment en ce qui concerne l'ergonomie. J'ai découvert aujourd'hui ReadAIR, une application AIR qui utilise l'API de Google Reader pour le retransmettre en version Desktop.

ReadAIR

Les principales fonctionnalités sont là, à savoir la lecture des flux et le suivi, ce qui suffit amplement pour une utilisation basique. Le tout semble avoir été programmé en XHTML/CSS/Javascript, c'est du moins ce que je devine quand je vois le comportement de l'interface, mais aussi quand je lis que le développeur l'a créé pour améliorer ses compétences en javascript. Pas de Flex ni de Flash, comme c'était le cas pour Google Analytics version AIR. L'interface en CSS au look de Mac OS X reste donc celle de Mac OS X si on utilise l'application sous Vista. Dommage, avoir une interface uniforme sur toutes les plateformes aurait été la bienvenue.

Une jolie initiative tout de même, que de porter Google Reader sur AIR, même si l'application comporte quelques bugs qui seront réglés bientôt j'espère. Une meilleure interface en Flex ou qui serait mieux intégrée au sein des OS (les raccourcis claviers seraient un vrai plus) serait très agréable. Rajouter à celà une intégration avec Google Gears ou avec SQLite, qui est intégré par défaut à AIR, rendrait l'application consultable hors ligne et en ferait un véritable must-have!

Switch: de Netvibes à Google Reader

J'ai toujours fait ce que l'on peut appeler de la publicité pour Netvibes. D'une parce que j'ai trouvé le concept novateur et révolutionnaire dès que je l'ai découvert, d'autre part parce que la navigation au clavier était quand même très pratique. J'ai plusieurs fois fait l'éloge de Netvibes, de l'équipe très sympa de Tariq: Hubert, Michael, et les autres.

J'abordais l'autre jour dans mon billet Technology & life la problématique de l'information overload. Aujourd'hui, c'est un peu ce qu'il m'arrive, j'ai du mal à trouver du contenu intéressant dans la masse blogosphérique, et il me semble évident qu'en tant que veilleur assez intensif, Netvibes ne me convient plus. Trop d'information, et Netvibes commence à avoir du mal à supporter. C'est sûr, le fait que la navigation au clavier ne soit pas encore implantée, mais aussi le fait que Netvibes soit en mesure de fournir juste le contenu du flux et pas de l'historiser, tous ces petits riens, me gênent pour effectuer une veille active et efficace.

C'est fait, c'est tout frais, je viens de switcher sur Google Reader. C'est visuellement moins agréable, mais tellement plus productif dans une veille plutôt professionnelle. Les premières choses qui frappent: l'ergonomie de Google Reader est déroutante, l'interface est beaucoup moins intuitive que celle de Netvibes. Mais il se trouve que tout est plus rapide, et il y a certaines fonctionnalité, telles que la possibilité de faire un mashup et d'avoir tous le contenu de ses flux dans une seule et même fenêtre, qui se révèlent vraiment plus adaptées à mon utilisation. Autre chose, évoquée aussi plus haut: l'historisation des flux. Pour ne prendre que l'exemple caricatural mais certainement le plus significatif, le flux de Geek Sugar n'a que 5 items. Ce qui me fait rater pas mal d'infos. Bon, heureusement, c'est un cas rare, mais malheureusement, il existe.

Bien évidemment, je reste sur Netvibes, pour les blogs persos, les blogs des amis, et mon centre de contrôle de ma vie numérique. D'ailleurs, je pense que Netvibes restera ma page de démarrage. Mais j'avais vraiment besoin d'un service qui corresponde mieux à mes attentes en termes de veille professionnelle. Après avoir switché de RoundCube vers Gmail, après avoir commencé à utiliser Google Docs, me voilà sur Google Reader. Au fond, c'est un peu comme mon Mac et mon PC: j'ai tendance à préférer travailler sur mon PC plutôt que sur mon Macbook Pro. Allez savoir pourquoi...