Exotech.biz

Web, Technology & life by Bastien Labelle

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

LeWeb3: Petit bilan au retour d'un autre monde

A l'origine j'avais prévu d'écrire un deux petit longs résumés du dernier jour, mais il se trouve que j'ai un peu la flemme, et puis vous avez déjà eu le résumé de ma première matinée (qui était à mon sens la plus intéressante) et de mon premier après-midi là-bas. Donc si je trouve le temps et la mémoire pour me rappeler du deuxième jour, je vous ferai un billet, mais pour l'instant place au bilan.

Si je devais résumer en un mot, je dirais... Intense, très intense!

LeWeb3 - Plenary Dock

On va commencer par les frustrations, car oui il y a des frustrations. La première c'est que les interventions sont courtes, on aimerait débattre et écouter certains débats pendant des heures, mais au fond, comme le dit Mathieu, les 15 minutes permettent d'ouvrir des voies de réflexion. Toujours pour parler de ce qui est court, je reste frustré de ne pas avoir pu tout voir, tout écouter, tout comprendre.

Vous avez pu constater à la longueur de mes billets concernant LeWeb3'07 que j'ai pu assister à tout plein d'interventions intéressantes, et j'ai pourtant ce sentiment d'en avoir raté énormément, l'impression de n'avoir vu que 10% du Web3, tant il y avait à de choses à faire, de gens à rencontrer! Mais les conférences devraient être bientôt en ligne, j'en profiterai donc pour tout regarder si je trouve un peu de temps.

Un petit hic aussi au niveau du Wifi le premier jour, impossible de surfer, même si au fond, je reste persuadé qu'assister aux conférences sans ordinateur n'est pas un mal, et permet de se concentrer sur les interventions des divers speakers sur scène. Dommage aussi qu'il n'y ait eu que l'image au Networking Dock, je pense que le son n'aurait dérangé personne pour discuter...

Mais mis à part ces petits détails qui font de moi un pinailleur... Que dire? L'organisation a été impeccable (mis à part les retards au Plenary Dock, mais plus c'est long, plus c'est bon), j'en profite pour tirer mon chapeau à Loïc et toute l'équipe (que vous pourrez admirer sur son blog). Un autre bon point au niveau de l'organisation: les buffets étaient vraiment excellents, de la French Food comme je l'aime!

Les conférences ont été de très bonne qualité. Pour ce qui est des grands moments, celà ne surprendra personne si je cite Kevin Rose (Digg & Pownce), Ev Williams (Twitter), Philippe Starck, Hans Rosling ou encore Jason Calacanis (Mahalo). Un bon rythme, des intervenants visionnaires et de grande qualité, des conférences intéressantes et surtout variées: je me suis surpris à penser moi-même que les conférences les plus intéressantes n'avaient pas forcément de rapport particulier avec le web. Le fait que les conférences soient en anglais a été une chose très positive pour moi, m'a permis de juger un peu mon niveau d'anglais (il reste quand même quelques progrès à faire).

J'ai aussi pu rencontrer des tas de gens intéressants, dont beaucoup de blogueurs (même si comme je le disais je n'ai pas pu parler à autant de monde que j'aurais voulu), revoir des gens déjà rencontrés (que j'avais parfois oublié). Y étant allé en tant que blogueur et passioné du web, je n'ai peut-être pas le point de vue d'un professionnel du web (I mean entrepreneurs), j'ai donc passé pas mal de temps à écouter, et non pas réseauter. Mais j'imagine que l'expérience doit être aussi intense, sinon plus! Car toute cette synergie, tous ces gens issus de la même sphère, ça fait émerger pas mal d'idées!

Alors, comme on disait avec Jenn, Mathieu ou encore Pierrot, le retour de cette édition LeWeb3'07 est triste, très triste. Triste à cause de l'intensité de ces deux jours qui fait que le retour à la banalité est dur à supporter. Mon retour à Toulouse est à l'image d'un expatrié qui a le mal du pays. C'est dur de retourner dans la vraie vie, même après une semaine d'acclimatation. Je viens de lire que Loïc travaille déjà sur LeWeb3'08. Je m'y rendrai. Sans hésiter.

Bastien sur Google...

Assez amusant quand on cherche Bastien sur Google. Jetez un oeil au 5è résultat (Exotech.biz), et surtout à sa description...

Bastien sur Google

M... M... Moi...? Crâneur...?? En tout cas, merci à Fox d'avoir remarqué ça

En vrac: Blogs, Aston Martin, 1&1, Java sur iPhone et iPod Touch, etc.

Un peu de lecture...

Around LeWeb3: Wikio et son classement, les perspectives d'amélioration

Nous avons eu avec Julien une conversation très intéressante avec Marc, responsable marketing de Wikio, que nous avions déjà rencontré à Marseille pour Blogueur du Sud. La discussion tournait autour des possibilités d'amélioration du classement Wikio.

LeWeb3 - March Thouvenin (Wikio)

Alors, Wikio, c'est quoi? Pour ceux qui ne connaissent pas Wikio, il s'agit d'un mélange subtil entre agrégateur et digg-like, permettant d'effectuer une veille assez poussée. Le service a été lancé l'été dernier par Pierre Chappaz quand il était encore chez Netvibes. Agrégateur à la Google News, dans le sens où Wikio indexe plus de 20 000 sources, parmi lesquelles médias, mais aussi blogs, mais aussi Digg Like dans le sens où les utilisateurs peuvent voter pour les articles qu'ils trouvent intéressants, et peuvent même contribuer.

Wikio

Wikio met à jour tous les mois son classement des blogs, qui est un classement d'influence des blogs. Ce classement est effectué de manière algorithmique et purement mathématique, selon le nombre de liens vers un blog et le rang du blog qui fait un lien. Ainsi, si vous publiez peu mais si beaucoup de blogs dits influents (c'est à dire en haut du classement) font un lien vers vos articles, votre classement augmente. A l'inverse, si vous publiez beaucoup mais que personne ne fait de lien vers vous, alors votre classement baisse.

Seulement, force est de constater que ce type d'algorithme est très compétent pour des blogs politiques ou high tech, mais concernant les blogs de cuisine c'est une toute autre histoire, car il y a très peu de liens entre les blogs. Aussi, Marc nous a confié qu'il aimerait améliorer le classement d'influence de manière à ce qu'il coresponde mieux à la réalité. Car il est vrai que ce classement possède aussi ses faiblesses, notamment concernant tout ce qui est Buzz ou viral.

Alors quelles sont les possibilités d'évolution pour le classement Wikio?

D'abord, la technique un peu Jason Calacanis, qui consisterait à réunir tous les mois un comité de blogueurs dits "influents" afin qu'ils puissent réajuster le classement, et ainsi détecter des problèmes comme des grosses chutes au classement qui font que certains en créent même un groupe Facebook! Une bonne idée, même si, comme je le disais à Marc, les blogueurs penseraient peut-être que que le classement serait corrompu, du fait que ce soient des hommes qui influencent plus ou moins directement le classement.

Autre perspective, celle du traffic. En effet, le traffic est aussi, comme l'a déjà fait remarquer Romain dans son enquête sur les critères de popularité d'un blog, un élément majeur de la popularité d'un blog. Ainsi, grâce au bouton du classement (qui indique la position d'un blog dans une image) ou à une autre technique de tracking, Wikio serait amené à inclure dans son algorithme le traffic que génère un blog. L'inconvénient majeur est que tout le monde n'a pas forcément le droit ou les capacités techniques pour insérer un tracker sur son blog. Un autre inconvénient auquel je n'avais pas pensé est aussi le fait que les serveurs de Wikio seraient amenés à supporter la charge de l'ensemble des blogs, alors qu'à l'heure actuelle, l'activité des serveurs est celle de Wikio, ainsi que la récupération régulière des flux RSS.

Voilà donc pour ce qui est des évolutions envisageables de Wikio, la discussion est lancée. Marc est quelqu'un de très ouvert (mais aussi vraiment impliqué dans ce qu'il fait), et nous a confié qu'il adore le feedback des utilisateurs (bien qu'il estime ne pas avoir assez de retour de ce côté là). Alors si vous avez des idées, vous pouvez les poster ici (il passe de temps en temps) ou en discuter sur le groupe Facebook prévu à cet effet!

Around LeWeb3: Repas blogueurs et Netvibes Party

Suite à l'invitation lancée par Jennifer en fin d'après-midi, et sur la proposition de Franck, je me suis donc rendu au restaurant pakistanais près de Chatelet, réservé pour 21h avec environ 3/4 d'heure de retard. Il y avait déjà pas mal de monde (une vingtaine de personne environ), Cédric était déjà là, Richard aussi. Je me suis installé en face de Shamir (Yahoo/Flickr). Nous avons donc commencer à commander, j'ai fait connaissance avec mon voisin de gauche qui s'occupe de la communication web chez Disney, et est arrivé encore plus en retard que moi mon voisin de droite de chez Vinivi. Cédric (Chouing) est dans le coin, mais il ne me le dira que le lendemain!

Quelques temps après sont arrivées encore une dizaine de personnes, parmi lesquelles Eric, Cyprien, et d'autres blogueurs, suivis de Jennifer, Victor, Polo (qui a pris le badge Goojet de Sam pour rentrer) et Stéphane. La place commence cruellement à manquer, à tel point que le dernier arrivant, Julien, sera contraint d'aller s'acheter un Big Mac au McDo le plus proche. Il faut dire qu'on n'espérait être qu'une petite communauté de blogueurs, et qu'on ne s'attendait pas à être autant!

Les plats ont mis pas mal de temps à arriver, ce qui peut se comprendre, au vu du nombre de blogueurs présents. Jennifer spamme des bon apétit par SMS à tout le monde (en fait je pensais en avoir l'exclusivité!!). La fatigue a commencé à se faire sentir tout au long du restaurant. J'ai décroché, impossible de suivre une conversation d'un bout à l'autre, même si elles avaient l'air toutes très intéressantes. C'est dommage, car comme le disait mon voisin de chez Disney (désolé j'ai oublié son prénom), les rendezvous blogueurs sont le genre d'endroits où tout le monde se comprend, on est tous des blogueurs ultra-connectés, on est tous issus de la même sphère, sphère que certaines de mes amies n'hésitent pas à comparer à une secte (je vous jure)!!!

Puis il fut temps d'aller à la Netvibes Party. Certains sont partis en voiture, j'ai choisi le métro (offert par Jenn). Arrivée vers minuit, il parait que c'est open bar. On retrouve Dhana de Six A, et on se dirige vers le premier bar qu'on trouve. Commande de champagne pour tout le monde, puis le mec nous dit c'est 31€. Apparement, l'open bar c'était jusqu'à minuit... On rend nos verres, un peu déçus... Thierry nous raconte comment lui a pu obtenir des verres gratos. Notre serveur a été quant à nous très désagréable. Julien, déçu, partira quelques minutes plus tard, et Victor aussi, essayant de choper le dernier métro. Je décide de rester un peu car j'ai dit à Thomas de Goojet qu'on prendrait le taxi ensemble vers 1h. La soif commence quand même à se faire sentir, j'offre donc un verre à Polo, Cédric me présente quelques personnes, puis on remonte en haut, car le son fait un peu mal aux oreilles. J'ai discuté un peu avec Jenn, et un peu avant 2h, n'ayant toujours pas trouvé Thomas (qui en fait est parti très très tôt) je me décide à rentrer en taxi.

Beaucoup de taxis sont passés devant moi, presque aucun ne s'est arrêté. Pourtant beaucoup de monde est en train d'attendre devant la Scala. On essaye d'appeler le taxi J7 (ou G7 je ne sais plus), sans succès. J'en profite pour discuter avec certaines personnes, comme la jeune fille très mignonne qui accompagne Gottfried, le DG de Kube Solution, avec qui on décide de se rendre à l'hôtel Crillon, dans l'espoir de trouver un taxi plus facilement. Par chance Gottfried et son amie trouvent un taxi au moment de partir. Malheureusement pour moi, je ne vais pas du tout dans la même direction qu'eux... Déjà 45 minutes d'attente, et plein de personnes ont trouvé un taxi. J'échange quelques mots avec Gregor de Six A, et enfin un taxi s'arrête devant moi. Quelqu'un s'approche en même temps, et je le supplie avec un air de chien battu du style "oh please com'on i've been waiting for 45 minutes"! Je rentre donc dans le taxi, le mec est super sympa. J'en profite pour lui demander pourquoi quand j'ai dit à un taxi que j'allais Porte de Clignancourt il est allé voir le client suivant (qu'il n'a même pas pris). Le taxi me répond qu'il y a des cons partout. Nous discutons un peu et la course est finie. 9,80€. Trop content d'avoir pu avoir un taxi qui s'arrête et qui en plus soit sympa, je lui laisse le billet de 20€ pour la course. Les autres n'avaient qu'à être plus sympa! Arrivée 3h du matin. Et le stress du réveil s'empare de moi...

Note: Tiens, c'est mon 300è billet :)

LeWeb3: Première matinée au Plenary Dock

La chose la plus dure pour LeWeb3 aura certainement été de me réveiller à l'heure pour ne pas être en retard à la conférence. Réveil à 6h15, étonnant, alors que je n'ai pas dormi d'excitation la veille. Le monsieur de l'accueil de l'hôtel (Hôtel Iliade à Paris dans le XVIIIè, je vous le conseille, le personnel est très sympa, même s'il n'y a pas le Wifi) me conseille de prendre le bus.

N'en faisant qu'à ma tête, je me décide à prendre le métro, mais le distributeur de tickets ne marche pas... Je me résigne donc à trouver le bus P3, que j'ai du chercher pendant 10 minutes au moins. Arrivée à porte de la Chappelle, le bus pour LeWeb3 est lui bien plus facile à trouver. En rentrant je croise des gens de Goojet parmi lesquels Cédric, mais aussi Jennifer qui a été embauchée spécialement pour l'occasion.

LeWeb3 - Plenary Dock

Quelques minutes plus tard nous arrivons aux Docks, où nous nous dirigeons vers l'accueil pour récupérer les badges. On en profite pour dire bonjour à Gonzague, qui prend déjà des photos. Tout le monde a un petit papier de réservation, je commence à m'inquiéter car je n'ai reçu aucun e-mail ni papier de confirmation. Je m'approche pour demander un badge, en expliquant que j'ai été invité par Tariq de Netvibes. Monsieur sécurité appelle donc Géraldine (la femme de Loïc), qui lui demande d'aller chercher des badges Delegate et de me le remplir directement, car la liste de Netvibes est arrivée la veille au soir, les badges n'ont donc pas pu être imprimés. Après avoir pris deux ou trois cafés, je croise quelques blogueurs avec qui nous décidons d'aller nous asseoir.

LeWeb3 - Plenary Dock

Une belle brochette de jeunes blogueurs français sont assis sur la rangée: Gonzague, Mathieu, Stéphane, Julien et d'autres. Tout le monde sort son Macbook ou son Macbook Pro, Léopard est de mise. J'ai un peu honte, je suis le seul de toute la rangée à avoir un PC! Tout le monde essaye de se connecter pour pouvoir bloguer ou twitter...

LeWeb3 - No Wifi!

Mais malheureusement, première frustration de la journée, le Wifi est inutilisable. Un comble pour une conférence sur le web et l'avenir du web!

J'ai donc passé ma matinée au Plenary Dock pour écouter les conférences. La première était "The dark side of the web", avec Jaewoong Lee (Daum Com), Dan Rose (Facebook), Michel Jaccard (BCCC), et Chris Alden (Six Apart). Ca parle d'identité numérique, de vie privée en relation avec la publicité ciblée, de contenu collaboratif, etc. On retiendra la citation de Laurent Haug (Lift Conference), le modérateur du débat: "90% of user generated is crap, but 99% of what’s on TV is crap. So is Internet content better?" Le reste du débat ne nous a pas appris grand chose de réellement nouveau, mais celà restait relativement intéressant.

LeWeb3 - Dan Rose

S'en est suivie la venue de Ev Williams, le créateur de Blogger et Twitter. Juste avant, Loïc lancé un grand "Who uses Twitter here?" et bien entendu la quasi totalité de la salle a levé la main (sauf Dhana qui m'a confié utiliser uniquement Pownce). Intéressante approche que celle de la non complexité, de limiter l'utilisateur. C'est selon lui le facteur clé du succès de Twitter, qu'il a aussi présenté comme un facteur de succès pour Google aussi. Un petit hic sur la question de la monétisation du service, où c'est un peu le flou total. Dommage, la question aurait du être préparée, car il pouvait être sûr d'y avoir droit!

LeWeb3 - Ev Williams

Le chouchou de Jenn, j'ai nommé Kevin Rose (Digg & Pownce), a ensuite fait son entrée, avec apparement beaucoup moins de Fans (mais il y avait tout de même quelques fans de DiggNation), interviewé par Sarah Lacy du Business Week. On a appris un peu sur l'histoire de Digg et un peu sur sa vision du nouvel entreprenaute ("you don’t have to be a coder or hard-code geek"). Comme l'ont noté certains blogueurs, on avait un peu l'impression d'être chez l'habitant. Certains y voient une forme de voyeurisme au travers de l'interview, pour ma part j'ai trouvé que c'était plutôt intéressant.

L'interview se termine sur un mini quizz avec des questions du genre "Mac or PC", "Twitter or Pownce", ou encore "Acquisition or IPO?". A cette dernière question d'ailleurs, Kevin répond Acquisition, ce qui laisse à penser que Digg pourrait se faire racheter...?

LeWeb3 - Kevin Rose

Hans Rosling a suivi ensuite. C'est un chercheur suédois (ça s'entend) qui analyse l'évolution de l'évolution du monde via des charts très intéressants. Une vision très intéressante sur la mondialisation, une interprétation des graphes surprenante, et surtout une énergie impressionante qui a permis, malgré un sujet qui n'avait pas vraiment de rapport avec le web, de capter un auditoire de geeks qui lui ont fait une ovation bien méritée.

LeWeb3 - Hans Rosling

Une fois la pause café effectuée en compagnie de Julien et Stéphane sur le stand Goojet au Startup Dock, un OVNI est arrivé sur scène: le designer français Philippe Stark. Avec un accent pus que frenchy à la limite de la carricature, son intervention a servi de contraste avec le reste des conférences centrées sur la collaboration, car lui travaille et crée seul. Il a donc expliqué quelques unes de ses créations, tout en sachant capter son auditoire. A la fin de son intervention, il a fait, à la demande de Robert Scoble, la critique d'un Kindle (un eBook reader), qui a prouvé qu'il ne disait pas que des conneries. A voir la vidéo de l'intervention de Stark chez Gonzague, pour se rendre compte du personnage!

L'accent très (trop?) frenchy de Philippe Stark ayant fait redescendre mon niveau de concentration, j'avoue avoir un peu décroché sur le débat suivant (The internet's impact on design) qui rassemblait Brent Hoberman (MyDeco.com), Rafi Haladjan (Violet, Nabaztag) et Iris Ben David (StyleShake.com). Brent Hoberman parlant à une vitesse folle, mes neurones ont eu du mal à suivre. J'ai tout de même retenu le concept très novateur et prometteur de MyDeco.com, qui permet de réaliser la décoration de son intérieur en ligne.

Nelson Mathos (Google) est venu nous présenter la baseline de l'innovation chez le géant de la Silicon Valley. En résumé: Innovation par la culture (savoir cibler ce qu'attend le client selon son origine géographique), innovation par la collaboration (implication d'un maximum de monde dans un projet), et innovation par la vitesse.

June Cohen (TED Conference, LeWeb3 outre Atlantique, si on veut) est venue nous parler un peu de la TED conference, mais aussi nous présenter des slides sur l'évolution de la société, notamment sur l'évolution de notre manière de regarder la télévision.

Jonathan Medved est ensuite venu présenter sa vision de la personnalisation 2.0 et 3.0 en présentant les services de sa société, Vringo. Une présentation très commerciale, où il a vendu son service. Pour être très honnête, ce mec m'a fait vraiment peur, car il va très loin dans la personnalisation, notamment mobile, ce qui me laisse à songer que d'ici peu de temps le monde numérique (et aussi non numérique) ressemblera à un MySpace géant! Je dois avouer que je suis plus dans l'esprit de Jason Calacanis (mais au niveau de tout ce qui est ergonomie et design) où les choses doivent être de grande qualité, d'où mon ancienne note contre la personnalisation des applications.

Voilà concernant la première matinée, j'aborderai dans cette série de billets "LeWeb3" la suite de la conférence.

Note: Les photos que vous voyez ont été prises Par Gonzague (Flickr) et Mathieu (Flickr)

Comment j'ai atterri à LeWeb3, la magie des blogs et de Netvibes

J'ai été assez discret concernant le pourquoi du comment à propos de ma venue à la conférence de Loïc, j'ai nommé LeWeb3. Comme celà a l'air d'intéresser certaines personnes sur ce blog ou sur Pownce, je vais donc raconter l'histoire incroyable qu'il m'est arrivé.

J'avais très envie d'aller au web 3, mais j'étais très grognon à l'idée de ne pas pouvoir y aller. Suite à ma note (qui semble avoir fait pas mal de bruit à croire le nombre de Fuzz) sur les premiers screenshots de Ginger (la prochaine version de Netvibes), j'ai été contacté dimanche vers 23h par Hubert, le Product Marketing Manager de Netvibes, qui m'a écrit le mail suivant:

Bonjour Bastien,

Tariq me dis qu'il t'as invité au Web3, tu me confirme ta présence ? je dois te mettre sur la liste ;) Merci, Hubert.

Première montée d'adrénaline, je me demande quand même si ce n'est pas une grosse blague qu'un de mes contacts me fait. D'où ma réponse lui demandant si c'est une blague, ajoutant que si ça n'en était pas une j'étais prêt à prendre l'avion le jour même. Un petit doute m'envahit étant donné que j'ai été contacté depuis le formulaire de contact de mon blog (j'en profite pour remercier Jennifer sans qui je n'aurai jamais rajouté ce formulaire).

Je reçois de suite une réponse, Hubert me demande si j'en avais parlé avec Tariq (Netvibes CEO), je lui réponds donc de suite que non, en demandant s'il ne s'est pas trompé de personne. Pas de réponse durant environ 1/2h, et mes espoirs commencent à s'envoler en fumée, presque persuadé que les gens chez Netvibes me font des blagues vraiment pas drole.

Entre temps j'ai invité Hubert à chatter sur Gtalk, et vers minuit Hubert se connecte. Dans le doute de ce qu'est la "liste" dont il me parle, je lui demande si il m'invite à LeWeb3 ou simplement à la Netvibes Party. C'est en fait pour les deux, et je n'arrive pas à y croire. Je lui réponds donc oui, et lui dis que je prends l'avion lundi soir, pour cause de partiel le lundi après-midi.

Netvibes

Il ne reste plus qu'à poser la question du fatidique... Pourquoi moi? Hubert me répond donc qu'ils ont bien aimé ma note concernant Netvibes, ainsi que le fait de ne pas pouvoir payer la conférence.

Voilà concernant mon invitation à LeWeb3, comme quoi il faut croire que même si je ne fais pas de publi-rédactionnel, même si mes billets ne sont pas sponsorisé, même si il n'y a aucune publicité sur ce blog, un blogueur peut parfois être récompensé autrement que par son nombre de lecteurs et son nombre de commentaires. Peut-être aussi que ces critères ont joué dans mon invitation, étant donné que c'est typiquement dans la philosophie de Netvibes.

Alors un grand MERCI à Netvibes, à Tariq et Hubert, mais aussi au reste de l'équipe qui a été très sympa avec moi durant la conférence!