Exotech.biz

Web, Technology & life by Bastien Labelle

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La notion de Mainstream sur le web

La notion de Mainstream est souvent évoquée sur de nombreux blogs high-tech que je lis. Sa traduction la plus proche est à mon avis "grand public". On entend par mainstream tout ce qui est populaire, qui touche généralement la masse. Malheureusement, j'ai l'impression que cette notion est utilisée un petit peu à tort et à travers à chaque fois que je lis ce mot.

Pourtant, cette notion existe bel et bien dès lors qu'on parle de médias traditionnels, comme la Télévision ou la radio. La principale raison est historique, et s'explique car il s'est créé d'emblée un monopole ou un oligopole selon les cas. D'ailleurs, ce n'est pas pour rien qu'on les appelle des médias "grand public".

Mais dès lors qu'il s'agit de web, peut-on parler de Mainstream? Pour reprendre des termes Smithiens, le web est une sorte de concurrence pure et parfaite. Internet en lui-même, est mainstream, on le voit notamment aux Etats-Unis car plus de la moitié de la population y a accès (source JDN), mais ce n'est pas pour autant qu'un site peut devenir grand public. Car plus on affine en partant de la population générale vers les utilisateurs de sites web, plus la population se réduit, ce qui parait logique.

Parlons des blogs: sont-ils mainstream? Pas si sûr. Nous avons ce que les blogueurs appellent "la blogosphère", nous avons aussi tout un tas de gens qui ont un blog mais qui se contrefichent de s'intégrer dans cette "blogosphère", ou qui ignorent tout simplement son existence. Mais globalement, cette blogosphère est à n'en pas douter une micro-sphère que bien peu de gens connaissent, et ce n'est pas car le mot blog parle à beaucoup de gens de la Gen Y comme moi qu'ils n'en ignorent pas 99% des concepts.

Les réseaux sociaux sont-ils mainstream? Pas du tout sûr, encore moins sûr pour la France. Les dernières statistiques que j'ai pu apercevoir il y a quelques mois parlent d'un peu plus d'un million de membres au début de l'année. sur 64 millions d'habitants, c'est à la fois beaucoup, mais pour autant pas énorme si l'on compare à l'audience d'une chaîne de télévision comme TF1.

Peut-être que je compare dans ce billet des choses qui ne sont pas comparables, mais pour moi on ne peut pas parler de mainstream, si ce n'est des sites comme Google, Yahoo ou Wikipedia (et encore), qui sont les rares à être en position de monopole ou d'oligopole, mais aussi les rares à pouvoir toucher un public ultra-large. Ceux qui disent que Twitter est plus mainstream qu'on ne le pense me font en tout cas bien sourire, et cette BD criante de vérité ne fait que confirmer ma pensée.

Twitter Mainstream?

Mes dernières réflexion me poussent à penser que la notion même de mainstream pourrait ne plus exister dans un futur plus ou moins proche (pas très proche pour autant), et ce grâce au web, du fait de la création des différentes micro-sphères et micro-réseau. C'est une bonne chose, qui risque d'impacter tout un tas de domaines, et qui pourrait peut-être révolutionner une culture voire même une économie?

Du web des médias traditionnels

Un petit rebondissement sur l'excellent article de mon ami Cédric Motte, intitulé "Et si les médias traditionnels laissaient tomber le web", car c'est un sujet relativement intéressant.

Je n'irai pas à le contredire quand il avance qu'il y a un vrai joyeux bordel au niveau des sites web des medias qui s'affrontent dans la lutte du plus d'information possible, ni quand il affirme que les sites de médias sont de qualité fort variable, mais je vais tout de même le contredire sur certains points.

D'une part, les medias traditionnels sont des entreprises, et comme toute entreprise, ils ont pour vocation la survie pour les moins chanceux d'entre eux, et la croissance de cette même entreprise pour les plus chanceux d'entre eux. Alors, non, je ne suis pas passé du mauvais côté de la barrière (vous savez, le côté rouge), mais pour autant, il me semble que les medias traditionnels sont sur le web pour accroitre leur audience, et par conséquent leurs gains, ce qui me parait tout à fait normal, même si Cédric espère que non.

D'autre part, Cédric évoque la fin des medias traditionnels avec l'arrivée du web. Mon avis est plutôt mitigé sur la question. Ma réflexion se base essentiellement sur les médias audiovisuels car ils sont peut-être plus représentatifs dans certains des sujets que j'ai déjà pu aborder. Bien sûr, que le web fait peur aux médias traditionnels, mais il est à mon sens essentiel de comprendre comment réagissent les medias face au web: le web est pour eux une opportunité, un complément, qui n'est justement pas concurrent. Les médias peuvent être un vecteur du web, et leur site web peut être leur vecteur.

Alors, à la question "un média qui édite son contenu sur un support a-t-il vraiment vocation à éditer du contenu sur d'autres supports ?", je vais répondre un grand oui, sans hésiter.

Et il y a selon moi deux points à aborder en ce qui concerne le web: la quantité et la qualité...

Parlons d'abord de la quantité: le web est un milieu où tout évolue plus vite. L'avantage du net, c'est qu'on n'est pas obligé d'attendre 150 ans avant d'écouter une chanson qu'on aime, pas obligé d'attendre avant de voir un clip, pas obligé d'attendre le 20h ou le lendemain pour avoir les nouvelles du jour ou de la veille, d'autant plus qu'elles sont plus ou moins sélectionnées et orientées, ce n'est pas de l'information "brute". On admettra que plus il y a d'information, plus le public touchable est large, et les revenus en conséquence aussi.

De l'autre côté, il y a la qualité: les sites de medias traditionnels se doivent d'être complémentaires, ils doivent pouvoir fournir toutes les informations qui n'ont pas pu tenir en une page ou lors d'une vidéo de 5 minutes, pour permettre aux gens d'aller plus loin sur des sujets qui les intéressent. Dans ce cas là, il s'agit plutôt de fidéliser une audience sur le web, mais aussi dans la vraie vie, peut-être quitte à ce que ça soit payant (désolé, je ne suis pas un partisan du tout gratuit).

Donc oui, les médias traditionnels ont une vraie vocation à éditer du contenu sur la toile, et leur ligne éditoriale doit évidemment être différente, chose qu'ils ont compris. Maintenant, on confronte souvent qualité et quantité, qui semblent s'opposer, et il semble que la course soit en effet, comme le souligne Cédric, à celui qui fera de la quantité, et non pas la qualité.

Est-ce que cette quantité coute cher? Là n'est pas la question. Il s'agit, je pense, d'un ciblage d'une certaine population, mais il faut garder à l'esprit que les sites web des médias traditionnels sont des satellites, et ne sont pas une priorité.

Note: si vous avez vous aussi un avis sur la question, vous serez priés d'aller en parler chez Cédric, simple question de courtoisie et de reconaissance de la qualité (c'est décidément le maître mot ce soir) de son billet!

Publicité interactive dans les vidéos avec Idside

Idside lance la publicité interactive dans plus belle la vie

01Net nous fait part d'un business model intéressant: la publicité interactive dans les vidéos. Un exemple avec Idside qui lance le concept pour la série télévisée de France 3 Plus belle la vie. Le principe est simple: vous regardez une vidéo, et vous pouvez cliquer sur les objets pour obtenir des informations dessus. Idside ne serait pas le premier à proposer ce genre de service, mais c'est la première fois (à ma connaissance) que ce concept se lance sur un produit grand public (i.e. une série à grande audience).

Le concept est vraiment intéressant, je suis certain que vous aussi vous avez tous déjà pensé à ce genre de service (parfait pour avoir la panoplie de la parfaite groupie, en passant). En plus, ils ont pensé à tout chez Idside: Le contenu étant en flash, ils fournisent un fichier indexable (sûrement un sitemap). Les images parlant mieux que les mots je vous invite à regarder la démo (pas interactive malheureusement) sur le site d'Idside.

Regardez Secret Story en live sur votre PC...

  1. Ouvrez Windows Media Player
  2. Ctrl + U
  3. Rentrez l'adresse http://viplci.yacast.net/tf1_secretstory

A conseiller à ceux qui n'ont rien à faire de leur journée, ce qui n'est pas mon cas (c'est pour celà que je ne blogue pas trop en ce moment)!!!

Quand les journalistes s'en mêlent...

Dire que certains journalistes font mal leur boulot n'est parfois pas si faux que ça...

Séparation Hollande - Royal, en direct sur France 2

Séparation de Ségolène Royal et François Hollande

Vécu en direct sur France 2, Ségolène Royal a annoncé qu'elle s'était séparé de son compagnon François Hollande, et c'est live-bloggué chez Koz:

22 h 14 : Surréaliste !!! On apprend en direct que Ségolène Royal et François Hollande se sont séparés, sur une déclaration de Ségolène Royal. Qu’est-ce que c’est que cette pantalonnade ??? Et l’on viendra donner des leçons sur l’instrumentalisation de la vie privée ? Sur la transparence ? RIDICULE !

La soirée des législatives à la télévision...

Assez marrant cette soirée des législatives...

Du côte de la gauche...

Ah ben y'a pas eu de raz de marée, les électeurs ont pris conscience qu'ils ne voulaient pas une concentration des pouvoirs!! On a gagné (ou presque)! On est contents (surtout madame sourire), on a une forte opposition!!

Et du côté de la droite...

Ben quoi... on a une majorité, les français ont voté pareil qu'à l'élection présidentielle, on ne s'est jamais vanté d'un raz de marée!!! On a gagné! On est contents, on a une forte majorité!!!

Un seul truc original: sur TF1, à l'UMP on présente une femme noire (Rama Yade) et une femme arabe (Rachida Dati), paradoxal, non? Sinon, la politique est en ce moment assez pathétique à la télévision. Il faut croire que les vrais débats se trouvent plutôt sur de bons blogs. A propos, voici quelques live bloggings intéressants:

  • chez Koz: A (pas) voté - Direct
  • de l'autre côté de l'Atlantique, chez What's Next: La Surprise?
  • chez Versac, blogueur très influent sur Wikio apparement (et ce malgré les problèmes d'encodage...)

Tivi Pro, Web TV pour entrepreneurs

TiviPro, Web TV spéciale entrepreneurs

Le Figaro nous informe qu'une Web TV spécial entrepreneurs a ouvert depuis hier: son nom est TiviPro, Your Business Tube. Le public ciblé est les entrepreneurs de TPE, PME et même de grand groupes, bien que le service cible surtout les TPE/PME qui ne passent pas sur Bloomberg ou LCI (mais peut-être au 19-20 de France 3 régional, qui sait?). N'ayant que peu d'informations hier (ma seule source ayant été Le Figaro), j'ai préféré attendre un peu de retours avant de lancer l'information. C'est maintenant TechCrunch qui en parle à son tour, et qui relaie l'information directement du blog de Laurent Esposito, fondateur de TiviPro, qui explique très clairement (et bien mieux que moi) les objectifs de la Web TV, via le communiqué de presse en ligne (que vous pouvez télécharger au format PDF et que j'ai aussi placé en annexe de ce billet).

Lulu Castagnette sponsorise Nip/Tuck

Lulu Castagnette sponsorise Nip/Tuck

Je suis actuellement en train de regarder M6. Et là, à l'heure où j'écris, c'est Nip/Tuck qui passe. Et devinez quoi, juste avant Nip/Tuck j'entends "Regardez Nip/Tuck avec Lulu Castagnette". Assez étonnant, quand la série traite de chirurgie esthétique, de drogue, de sexe, d'adultère, etc, la publicité qui présente la série est une marque de fringues au logo de nounours, nounours représentant la jeune fille vierge, innocente, et encore enfant. Paradoxal, non?