Exotech.biz

Web, Technology & life by Bastien Labelle

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Keyword - Micro-Blogging

Fil des billets Fil des commentaires

Merci Pownce!

La nouvelle a déjà fait le tour du web, que ce soit sur Techcrunch ou Mashable, pour ne citer que les plus gros: Pownce, le service de micro-blogging ferme ses portes, et a été racheté par SixApart, un rachat qui vise plus à racheter des talents et des compétences plutôt qu'un produit, comme le souligne VentureBeat. Ainsi, Pownce ferme ses portes dans deux semaines, le 15 décembre.

Pour tout avouer, je suis à la fois triste et déçu quant au fait que ce rachat tue le service, car c'est un des services que j'aime (que j'aimais) le plus, certainement à cause de sa simplicité et de son interface séduisante. J'ai eu plusieurs fois l'occasion d'en vanter les mérites, quand je suis passé Powncer Pro, lors de mon interview avec Daniel Burka, ou sur bien d'autres billets, ici ou sur Mashable France par exemple. Je suis d'ailleurs persuadé qu'il y a de très bonnes choses dans Pownce, au niveau des fonctionnalités notamment.

N'y aurait-il pas eu de possibilité de garder Pownce en vie, tout en devenant un produit SixApart? Cela aurait permis à SixApart d'entrer dans le monde du Micro-Blogging, avec certainement de plus gros moyens, surtout quand on sait que Pownce possédait une communauté assez intéressante et relativement vivante, même si elle commençait à s'essoufler.

Bastien & Leah & Pownce

Connaissant un peu l'équipe de Pownce, même si je suis déçu par cette fermeture innatendue, j'admet être tout de même relativement content pour Leah et Michael quant au fait qu'ils soient réintégrés dans l'équipe de SixApart, ça ne leur fera pas de grands changement, les bureaux sont presque à côté! Pour ce qui est de Kevin et Daniel, ils travaillent déjà tous deux chez Digg, mais auront un rôle de conseil auprès de SixApart.

De plus, il parait qu'il se prépare quelque chose pour 2009, et Leah travaillait déjà sur un projet top secret ces derniers mois (pour ceux qui veulent un scoop, le projet a pour nom de code "Bacon"). Je suis impatient de voir de quoi il s'agira, en espérant qu'il ne s'agisse pas simplement d'une évolution de Vox, que je n'utilise plus sauf pour suivre encore quelques blogs, comme celui de Dhana.

Si je n'avais qu'un mot à dire, ce serait très certainement "Merci", pour l'expérience Pownce, j'ai d'ailleurs laissé un petit mot de remerciement sur GetSatisfaction (vous pouvez en laisser un aussi).

PS: je reste relativement étonné par le bruit que fait cette affaire au niveau des blogs, alors que tout le monde disait Pownce mort (bon, maintenant c'est le cas)...

PS2: Oui, j'assume, la photo c'est juste pour me la péter :)

La polémique Twitterank, ou pourquoi OAuth va devenir indispensable.

Amusant, ce Twitterank, qui reprend le principe du PageRank de Google. Ici, l'idée est de calculer l'influence d'un membre de Twitter, par le biais d'un algorithme secret, tout comme son grand frère le PageRank (celui par lequel jurent tous les blogueurs pseudo-influents), puis de publier cette fameuse métrique, symbole de votre influence.

Cependant, Twitterank a été sujet à polémique, notamment suite à la découverte d'un tweet de Tantek Celik (Microformats) qui faisait croire que cette application n'était créée que pour faire du phishing et voler les mots de passe des utilisateurs de Twitter:

RT @brianoberkirch Twitterank is a vast conspiracy I created to steal all of ur passwords + shame Twitter into OAuthing. + make u look vain.

Bien évidemment, ceci est totalement faux, et le créateur de Twitterank a publié un "démenti". Mais le tweet de Brian Oberkirch a tout de même du sens. La sécurité devient de plus en plus primordiale, et un protocole comme OAuth devient de plus en plus indispensable au niveau des API.

Water Falcon, dites nous où vous souhaitez être!

Je vous présente aujourd'hui une webapp qui a été lancée cette nuit aux alentours de 1h du matin. A l'origine une idée de Victor et Tim apparue soudainement dans le Métro suite à une discussion sur les nouveaux réseaux sociaux, j'ai rejoint les deux pour les aider à développer.

Water Falcon est une webapp plus que fortement inspirée de Fire Eagle de Yahoo, qui ne permet pas de dire où vous vous trouvez, mais plutôt où vous  voudriez vous trouver. Une sorte de mélange savant (ou pas) entre Fire Eagle, Twitter, BrightKite, Twistori (pour la partie "I wish"), Flickr, et par conséquent un formidable Mashup.

Water Falcon - Public Timeline

A l'instar du défi que s'était lancé Carsonified avec Matt, il n'aura pas fallu plus de 3 ou 4 jours pour réaliser l'ensemble, c'est un peu notre défi à nous. Bien entendu, il reste de nombreux bugs essentiellement liés à des problèmes d'encodage, mais pour moins de 4 jours de développement, j'avoue être plus que satisfait du résultat! Le tout tourne sous Google AppEngine, ce qui m'a donné l'occasion de programmer en Python pour la première fois de ma vie, même si mon avis est un peu mitigé concernant le cloud signé Google, surtout concernant sa gestion des données.

De plus, de nombreuses fonctionnalités devraient être implémentées sous peu, comme l'intégration de vignettes Google Maps ou Flickr selon la localisation désirée, ou encore exploiter l'API de Twitter pour pouvoir republier sur Twitter.

Au final, Water Falcon est un joli clin d'oeil à tous les services de géolocalisation (surtout FireEagle) et de micro-blogging!

Premiers regards sur Tumblr v4

Tumblr fait partie de ces services que j'adore. J'ai accroché de suite en le testant il y a de cela presque un an - une dizaine de mois pour être exact. Et nombreux sont ceux qui comme moi ont apprécié le service, le dernier en date dans mes contacts étant Pierre-Olivier Carles. Pour ceux qui ne connaissent pas, je me permets de reprendre mes mots:

Tumblr permet de créer un micro-blog très rapidement: En gros: il est possible de poster, mais pas de commenter. Certains n'y verront aucun intérêt, mais d'autres comme moi y voient là une opportunité d'en faire une sorte de bloc notes de tout ce qui passe et qui est intéressant! C'est même un parfait outil pour le serial blogueur qui pour autant n'est pas un micro-blogueur et que Twitter ne contente pas.

(...)

Tumblr est une application qui aurait sa place au sein même de la suite iLife, peut-être même à la place d'iWeb!

Depuis aujourd'hui nous avons la possibilité de tester la beta de la version à venir, dont voici mes impressions:

Tumblr v4 dashboard

Pour être très honnête,cette mise à jour n'est pas extraordinaire, et à première vue, il s'agit d'un simple lifting de l'interface d'administration, une interface au look toujours aussi épuré, mais qui souffre tout de même de certains défauts, comme le fait d'afficher les images en grande taille, ce qui fait perdre en lisibilité. Toutes les nouveautés que j'ai pu noter existent en fait déjà dans la version actuelle, comme le fait de pouvoir créer de nouveaux Tumblelogs, avoir les notifications de nouveaux followers dans son dashboard (d'ailleurs ils devraient le cocher par défaut).

Tumblr v4 post a pic

Rien de nouveau, mis à part une UI qui progresse sur quelques détails ergonomiques mais qui régresse sur d'autres. Le seul point positif est qu'il est possible d'accéder aux deux versions simultanément, afin d'avoir toutes les clés en main pour pouvoir effectuer un feedback non biaisé. Toujours est-il que j'aime toujours autant cette webapp, que vous pouvez découvrir en version beta sur tumblr-beta.com.

YouAre, le nouvel outsider pour Twitter?

Si vous n'en avez pas marre de voir autant de services de micro-blogging fleurir, et que vous n'êtes pas lassés par la guerre des clones de Twitter, Pownce, et autres, vous serez ravis d'apprendre que ça bouge pas mal de ce côté là (un peu trop peut-être?). C'est au tour de l'espagnol BlogsMedia, connu entre autres pour avoir lancé des sites webs tels que CSS Mania ou AppsMania, de lancer YouAre.com, en beta privée depuis 15 jours.

Twitter, Pownce et Jaïku étant actuellement les trois pionniers, YouAre essaie de prendre le meilleur des trois mondes. Ainsi, les notes sont de 140 caractères, mais il est possible d'envoyer une photo ou une vidéo, qui ne sera malheureusement pas intégrée comme elle pourrait l'être dans Pownce. Toujours comme sur Twitter, il est impossible de suivre une conversation. En revanche, tout comme Jaïku, il est possible d'importer des flux de YouTube, Delicious et Flickr. Cependant, ces importations sont regroupées sur une page à part, et ne sont pas directement publiés. Beaucoup de blogueurs apprécient le fait de pouvoir publier leurs flux RSS, chose qui n'est à l'heure actuelle pas faisable.

YouAre

Jusque là, rien de bien novateur, et pourtant, il y a quelques petits détails, qui certes ne feront pas la différence, mais qui méritent d'être cités. Il est possible de remplir son CV sur YouAre, en ajoutant son expérience professionnelle et scolaire, le site devient donc aussi un gestionnaire d'identité à part entière. Mais ce qui m'a le plus marqué, c'est que YouAre supporte XFN, un standard qui permet de décrire les relations entre les personnes. Ainsi, grâce à ces informations, il est possible de filtrer selon les types d'amis que vous suivez (ex: filtrer uniquement les personnes déjà rencontrées).

Il parait que des discussions sont en cours avec des opérateurs mobiles pour pouvoir envoyer des messages par SMS. Néanmoins, celà suffira-t-il pour s'imposer devant Twitter? D'une part, seuls les gens de chez YouAre peuvent fournir des invitations, il n'y a donc aucune viralité dans leur mode de diffusion comme il y a pu avoir pour le lancement de Pownce par exemple, ce qui laisse à penser que la communauté est fortement restreinte. Or, c'est cette communauté toujours plus grande qui fait la force d'un site web comme celui-là. Et n'oublions pas la règle de base du web 2.0: premier arrivé, premier servi.

Matt, twittez depuis plusieurs comptes simultanément

Vous avez plusieurs comptes Twitter, et il vous arrive de jongler entre les connexions et déconnexions pour les mettre à jour? Essayez donc Matt, une nouvelle application web, qui va vous permettre de Twitter sur plusieurs comptes Twitter depuis une seule et même interface.

Matt

Le concept est plutôt original, et le design vraiment excellent. On sent qu'on a à faire ici à une webapp signée Carsonified, qui organise les célèbres conférences Future Of Web Design (j'étais à la dernière édition à Londres en avril), Future Of Web Apps, ou encore Future Of Mobile.

Mais c'est surtout l'histoire derrière cette application qui est intéressante, car c'est un réel défi que s'est lancé Carsonified: lancer une webapp en 4 jours, soit 32 heures de boulot, pour un coût total de 10 000$. C'est d'ailleurs impressionant de voir cette impulsion de créativité en quatre jours seulement, et le résultat impressionant qui en découle.

Les quatre jours ont été blogués et relatés sur le blog du FOWA, et le bilan de l'expérience est relaté par Ryan Carson himself sur Techcrunch US, accompagnés d'une vidéo qui filme les employés durant leurs quatre jours de boulot intensif.

Chapeau bas, Carsonified!

Identi.ca, le prochain twitter killer?

C'est un des buzz de la journée, à n'en pas douter. Identi.ca, un nouveau service de micro-blogging a été lancé dans la nuit. Et sans vouloir être mauvaise langue, je dirais qu'il arrive au bon moment, tant Twitter a connu des problèmes ces derniers temps.

Identi.ca

Identi.ca ressemble vraiment beaucoup à Twitter sur son mode de fonctionnement: possibilité d'envois de messages courts, et de notifications via IM. Mais il manque tout de même de précieuses fonctionalités: impossible de voir des réponses, de rechercher des amis, pas d'API, etc. Il n'y a donc aucune raison de croire au succès de ce tout nouveau service. Et pourtant, il existe des différences fondamentales, qui bien qu'elles soient quasi invisibles, ont un impact non négligeable.

Tout d'abord, Identi.ca est open source, ce qui veut dire comme tout le monde le sait que n'importe qui peut en regarder le code source, l'installer et même l'améliorer. Et c'est justement ce côté open source qui va lui permettre de très vite avancer, surtout quand on connaît la réactivité de la communauté. Parmi les fonctionnalités à venir, l'envoi de messages via SMS, une API compatible Twitter, une intégration Facebook, des URL plus courtes, etc.

Mais Identi.ca est aussi un service de micro-blogging distribué. Le terme "distribué" est d'ailleurs en ce moment très discuté, car encore très énigmatique. Etant open source, il est possible d'installer une version du moteur de Identi.ca, à savoir Laconi.ca, et il se dit que les serveurs pourraient communiquer entre eux. Une sorte de solution, donc, aux problèmes de scalabilité que connait Twitter, qui permet aussi de décentraliser tout le système. A suivre, donc!

A l'heure où j'écris ces lignes, Identi.ca est down, ce qui me laisse un peu perplexe quand on connait le but de cette plateforme. De plus, il est encore trop tôt pour prédire l'avenir de ce nouveau service, mais je pense très fort qu'il est essentiel de garder un oeil sur ses prochaines évolutions.

Micro-Blogging et qualité de conversation

Je lis souvent que les sites de micro-blogging sont très intéresants car c'est là que démarrent de nombreuses conversations autour de sujets divers et variés. Ils sont nombreux à penser, à commencer par le célèbre Scoble, qui évangélise des sites comme Twitter ou Friend Feed.

Je discutais avec mon ami Rémian vendredi soir de Plurk, et j'avouais, n'en déplaisent aux fans de Plurk, que les conversations n'y étaient pas forcément toujours intéressantes, et nous en arrivions à la conclusion que sur ce genre de site c'est rarement le cas, car il faut avouer que la conversation se transforme très vite en tchat et dérive tout aussi rapidement de son sujet initial.

La raison à ces conversations de "non qualité"? La limitation de caractères. Car il est impossible d'étaler un avis correctement argumenté en 140  caractères, j'en suis plus que convaincu. 140 caractères suffisent amplement pour diffuser une information, mais on en voit très vite les limites. C'est d'ailleurs pour cela que j'aime Pownce!

Quelles solutions pour la scalabilité des API?

L'API d'une application web permet aux développeurs de créer leurs propres programmes pour utiliser ou créer de nouveaux usages à l'application déjà existante. Nombreux sont les sites web qui en disposent, je pense notamment au pionnier Flickr, dont les mashups sont innombrables, à Delicious, qui permet de sauvegarder ses favoris via le site web mais aussi sur Firefox. Plus récemment, les services de micro-blogging comme Twitter ont grâce à leur API trouvé de nouveaux usages: Des mashups de recherche comme l'excellent Summize. Et il y a aussi Pownce, qui possède un client AIR très agréable.

Comme Rémian le remarque très bien sur son blog, fournir une API aux développeurs peut s'avérer parfois très dangereux, notamment dès lors qu'une application est mal codée, ou qu'elle abuse intentionnellement. Ces usages révèlent une faiblesse majeure et pourtant essentielle: le problème de la scalabilité, qui implique qu'une application ou un service doit pouvoir supporter une charge de traffic et de connexions très importantes.

Hacker 1992

Il y a d'abord une phase essentielle d'optimisation logicielle, qui implique le code, la base de données, mais aussi parfois le système d'exploitation: il est essentiel de gagner du temps à tout les niveaux, car le temps gagné implique que l'on peut faire bien des choses pendant ce temps libre, à commencer par répondre à plus de requêtes, et donc gagner en scalabilité.

Mais la vraie problématique se situe au niveau des serveurs. Faut-il plus de serveurs dès lors qu'on commence à être saturé? La plupart des administrateurs systèmes auront tendance à répondre que bien souvent ce n'est pas la faute aux serveurs, mais aux développeurs qui codent mal leurs applications. Et pourtant, une application a beau être bien codée, les serveurs arrivent souvent à saturation.

Et j'aurais tendance à penser que la vraie solution passe par les offres de platform as a service du genre Google App Engine. C'est une solution qui semble avantageuse car elle est basée sur le pay as you consume, mais aussi techniquement, car ces offres sont basées sur des technologies de cloud computing qui favorisent un déploiement facile, du fait de l'utilisation des technologies de virtualisation.

Les récents problèmes rencontrés par les différents services, par ailleurs essentiellement ceux de micro-blogging, me poussent à penser que les offres de platform as a service devraient exploser dans les prochains mois à venir, un peu à l'image des offres d'infrastructure as a service de type Amazon S3, qui sont devenues incontournables ces derniers mois.

Note pour moi-même: penser à faire bientôt un dossier Cloud, IaaS, PaaS, SaaS pour ne pas perdre mes visiteurs ;)

Twitter status, powered by Tumblr...?

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que Twitter a eu de nombreux problèmes ces derniers temps. Downtimes à répétition, crash de la base de données, etc. Les conséquences risquent d'être lourdes pour Twitter, étant donné que de nombreuses personnes semblent s'évader ailleurs: FriendFeed, Pownce, BrightKite, ou autre.

Twitter selon Mathieu

Depuis hier matin (ou peut-être avant, mais je ne l'ai aperçu qu'hier matin), il faut se rendre sur un tumblelog appelé Twitter Status pour être au courant des évolutions de twitter. Qu'est-ce que cela montre? En réalité plusieurs choses:

D'abord, le fait d'utiliser un tumblelog marque une volonté de communiquer, c'est certain, de jouer la carte de la transparence. On retrouve des explications sur ce qu'il se passe, sur l'état d'avancement des techniciens.

Mais un tumblelog c'est aussi une forme de blog, mais sans commentaires. Comment jouer la carte de la transparence sans laisser place au débat et à la discussion, alors que le service est en situation de communication de crise?

Au final, Twitter Status est une page de statut, comme son nom l'indique. Mais, Twitter, n'est-ce pas que des statuts du type http://twitter.com/username/statuses/xxxxxxxx? Cela en dit long sur Twitter, qui semble beaucoup souffrir en ce moment. La logique voudrait que l'équipe utilise Twitter lui-même pour tenir au courant ses utilisateurs, au lieu d'utiliser un service qui est plus ou moins en concurrence quasi-directe. Un vrai paradoxe!

Pour ma part, je n'irai pas jusqu'à dire que Twitter et moi c'est fini, mais vu que les notifications via IM ne marchent pas, je ralentis très fortement la cadence. Et je ne m'en porte pas plus mal. D'autres sont partis définitivement, et ne s'en portent pas plus mal non plus.

- page 2 de 5 -