Exotech.biz

Web, Technology & life by Bastien Labelle

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Remindr, pour ne rien oublier

Vous êtes vous aussi un peu tête en l'air? Remindr va certainement vous être utile. Il s'agit comme son nom l'indique d'un reminder, en d'autres termes un notifieur qui vous rappelle que vous avez quelque chose à faire. Pour les plus tête en l'air, ou les plus ultra-connectés, tous les moyens de communications modernes sont bons:

  • Twitter (il faut être ami avec le compte twitter associé)
  • E-mail
  • Jabber (ou Gtalk)
  • Mobile (USA uniquement, je pense)
Remindr

Simple et efficace, un service comme je les aime, qui en plus d'être simple possède une jolie interface!

La polémique Twitterank, ou pourquoi OAuth va devenir indispensable.

Amusant, ce Twitterank, qui reprend le principe du PageRank de Google. Ici, l'idée est de calculer l'influence d'un membre de Twitter, par le biais d'un algorithme secret, tout comme son grand frère le PageRank (celui par lequel jurent tous les blogueurs pseudo-influents), puis de publier cette fameuse métrique, symbole de votre influence.

Cependant, Twitterank a été sujet à polémique, notamment suite à la découverte d'un tweet de Tantek Celik (Microformats) qui faisait croire que cette application n'était créée que pour faire du phishing et voler les mots de passe des utilisateurs de Twitter:

RT @brianoberkirch Twitterank is a vast conspiracy I created to steal all of ur passwords + shame Twitter into OAuthing. + make u look vain.

Bien évidemment, ceci est totalement faux, et le créateur de Twitterank a publié un "démenti". Mais le tweet de Brian Oberkirch a tout de même du sens. La sécurité devient de plus en plus primordiale, et un protocole comme OAuth devient de plus en plus indispensable au niveau des API.

YouAre, le nouvel outsider pour Twitter?

Si vous n'en avez pas marre de voir autant de services de micro-blogging fleurir, et que vous n'êtes pas lassés par la guerre des clones de Twitter, Pownce, et autres, vous serez ravis d'apprendre que ça bouge pas mal de ce côté là (un peu trop peut-être?). C'est au tour de l'espagnol BlogsMedia, connu entre autres pour avoir lancé des sites webs tels que CSS Mania ou AppsMania, de lancer YouAre.com, en beta privée depuis 15 jours.

Twitter, Pownce et Jaïku étant actuellement les trois pionniers, YouAre essaie de prendre le meilleur des trois mondes. Ainsi, les notes sont de 140 caractères, mais il est possible d'envoyer une photo ou une vidéo, qui ne sera malheureusement pas intégrée comme elle pourrait l'être dans Pownce. Toujours comme sur Twitter, il est impossible de suivre une conversation. En revanche, tout comme Jaïku, il est possible d'importer des flux de YouTube, Delicious et Flickr. Cependant, ces importations sont regroupées sur une page à part, et ne sont pas directement publiés. Beaucoup de blogueurs apprécient le fait de pouvoir publier leurs flux RSS, chose qui n'est à l'heure actuelle pas faisable.

YouAre

Jusque là, rien de bien novateur, et pourtant, il y a quelques petits détails, qui certes ne feront pas la différence, mais qui méritent d'être cités. Il est possible de remplir son CV sur YouAre, en ajoutant son expérience professionnelle et scolaire, le site devient donc aussi un gestionnaire d'identité à part entière. Mais ce qui m'a le plus marqué, c'est que YouAre supporte XFN, un standard qui permet de décrire les relations entre les personnes. Ainsi, grâce à ces informations, il est possible de filtrer selon les types d'amis que vous suivez (ex: filtrer uniquement les personnes déjà rencontrées).

Il parait que des discussions sont en cours avec des opérateurs mobiles pour pouvoir envoyer des messages par SMS. Néanmoins, celà suffira-t-il pour s'imposer devant Twitter? D'une part, seuls les gens de chez YouAre peuvent fournir des invitations, il n'y a donc aucune viralité dans leur mode de diffusion comme il y a pu avoir pour le lancement de Pownce par exemple, ce qui laisse à penser que la communauté est fortement restreinte. Or, c'est cette communauté toujours plus grande qui fait la force d'un site web comme celui-là. Et n'oublions pas la règle de base du web 2.0: premier arrivé, premier servi.

Matt, twittez depuis plusieurs comptes simultanément

Vous avez plusieurs comptes Twitter, et il vous arrive de jongler entre les connexions et déconnexions pour les mettre à jour? Essayez donc Matt, une nouvelle application web, qui va vous permettre de Twitter sur plusieurs comptes Twitter depuis une seule et même interface.

Matt

Le concept est plutôt original, et le design vraiment excellent. On sent qu'on a à faire ici à une webapp signée Carsonified, qui organise les célèbres conférences Future Of Web Design (j'étais à la dernière édition à Londres en avril), Future Of Web Apps, ou encore Future Of Mobile.

Mais c'est surtout l'histoire derrière cette application qui est intéressante, car c'est un réel défi que s'est lancé Carsonified: lancer une webapp en 4 jours, soit 32 heures de boulot, pour un coût total de 10 000$. C'est d'ailleurs impressionant de voir cette impulsion de créativité en quatre jours seulement, et le résultat impressionant qui en découle.

Les quatre jours ont été blogués et relatés sur le blog du FOWA, et le bilan de l'expérience est relaté par Ryan Carson himself sur Techcrunch US, accompagnés d'une vidéo qui filme les employés durant leurs quatre jours de boulot intensif.

Chapeau bas, Carsonified!

Identi.ca, le prochain twitter killer?

C'est un des buzz de la journée, à n'en pas douter. Identi.ca, un nouveau service de micro-blogging a été lancé dans la nuit. Et sans vouloir être mauvaise langue, je dirais qu'il arrive au bon moment, tant Twitter a connu des problèmes ces derniers temps.

Identi.ca

Identi.ca ressemble vraiment beaucoup à Twitter sur son mode de fonctionnement: possibilité d'envois de messages courts, et de notifications via IM. Mais il manque tout de même de précieuses fonctionalités: impossible de voir des réponses, de rechercher des amis, pas d'API, etc. Il n'y a donc aucune raison de croire au succès de ce tout nouveau service. Et pourtant, il existe des différences fondamentales, qui bien qu'elles soient quasi invisibles, ont un impact non négligeable.

Tout d'abord, Identi.ca est open source, ce qui veut dire comme tout le monde le sait que n'importe qui peut en regarder le code source, l'installer et même l'améliorer. Et c'est justement ce côté open source qui va lui permettre de très vite avancer, surtout quand on connaît la réactivité de la communauté. Parmi les fonctionnalités à venir, l'envoi de messages via SMS, une API compatible Twitter, une intégration Facebook, des URL plus courtes, etc.

Mais Identi.ca est aussi un service de micro-blogging distribué. Le terme "distribué" est d'ailleurs en ce moment très discuté, car encore très énigmatique. Etant open source, il est possible d'installer une version du moteur de Identi.ca, à savoir Laconi.ca, et il se dit que les serveurs pourraient communiquer entre eux. Une sorte de solution, donc, aux problèmes de scalabilité que connait Twitter, qui permet aussi de décentraliser tout le système. A suivre, donc!

A l'heure où j'écris ces lignes, Identi.ca est down, ce qui me laisse un peu perplexe quand on connait le but de cette plateforme. De plus, il est encore trop tôt pour prédire l'avenir de ce nouveau service, mais je pense très fort qu'il est essentiel de garder un oeil sur ses prochaines évolutions.

Micro-Blogging et qualité de conversation

Je lis souvent que les sites de micro-blogging sont très intéresants car c'est là que démarrent de nombreuses conversations autour de sujets divers et variés. Ils sont nombreux à penser, à commencer par le célèbre Scoble, qui évangélise des sites comme Twitter ou Friend Feed.

Je discutais avec mon ami Rémian vendredi soir de Plurk, et j'avouais, n'en déplaisent aux fans de Plurk, que les conversations n'y étaient pas forcément toujours intéressantes, et nous en arrivions à la conclusion que sur ce genre de site c'est rarement le cas, car il faut avouer que la conversation se transforme très vite en tchat et dérive tout aussi rapidement de son sujet initial.

La raison à ces conversations de "non qualité"? La limitation de caractères. Car il est impossible d'étaler un avis correctement argumenté en 140  caractères, j'en suis plus que convaincu. 140 caractères suffisent amplement pour diffuser une information, mais on en voit très vite les limites. C'est d'ailleurs pour cela que j'aime Pownce!

Twitter status, powered by Tumblr...?

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que Twitter a eu de nombreux problèmes ces derniers temps. Downtimes à répétition, crash de la base de données, etc. Les conséquences risquent d'être lourdes pour Twitter, étant donné que de nombreuses personnes semblent s'évader ailleurs: FriendFeed, Pownce, BrightKite, ou autre.

Twitter selon Mathieu

Depuis hier matin (ou peut-être avant, mais je ne l'ai aperçu qu'hier matin), il faut se rendre sur un tumblelog appelé Twitter Status pour être au courant des évolutions de twitter. Qu'est-ce que cela montre? En réalité plusieurs choses:

D'abord, le fait d'utiliser un tumblelog marque une volonté de communiquer, c'est certain, de jouer la carte de la transparence. On retrouve des explications sur ce qu'il se passe, sur l'état d'avancement des techniciens.

Mais un tumblelog c'est aussi une forme de blog, mais sans commentaires. Comment jouer la carte de la transparence sans laisser place au débat et à la discussion, alors que le service est en situation de communication de crise?

Au final, Twitter Status est une page de statut, comme son nom l'indique. Mais, Twitter, n'est-ce pas que des statuts du type http://twitter.com/username/statuses/xxxxxxxx? Cela en dit long sur Twitter, qui semble beaucoup souffrir en ce moment. La logique voudrait que l'équipe utilise Twitter lui-même pour tenir au courant ses utilisateurs, au lieu d'utiliser un service qui est plus ou moins en concurrence quasi-directe. Un vrai paradoxe!

Pour ma part, je n'irai pas jusqu'à dire que Twitter et moi c'est fini, mais vu que les notifications via IM ne marchent pas, je ralentis très fortement la cadence. Et je ne m'en porte pas plus mal. D'autres sont partis définitivement, et ne s'en portent pas plus mal non plus.

Twitter selon Mathieu

Un petit jeu de mot (L'évangile selon Matthieu... Twitter selon Mathieu... vous pigez?) où Mathieu illustre très bien ce que subit Twitter en ce moment: downtime à répétition, ce qui peut paraître très frustrant pour les usagers du service. A savourer sur son Flickr! Peut-être une opportunité pour Pownce?

I HATE TWITTER. Twitter is Evil. Twitter is always down. Twitter is Crap. BOUHHHH. DO NOT USE TWITTER :P
Now I'm gonna be focused on Pownce. Pownce is good for you.

Twitter selon Mathieu

Mon blog est un peu mort ces temps-ci... Promis, je reviens bientôt (J'aimerais tellement avoir plus de temps)!

La notion de Mainstream sur le web

La notion de Mainstream est souvent évoquée sur de nombreux blogs high-tech que je lis. Sa traduction la plus proche est à mon avis "grand public". On entend par mainstream tout ce qui est populaire, qui touche généralement la masse. Malheureusement, j'ai l'impression que cette notion est utilisée un petit peu à tort et à travers à chaque fois que je lis ce mot.

Pourtant, cette notion existe bel et bien dès lors qu'on parle de médias traditionnels, comme la Télévision ou la radio. La principale raison est historique, et s'explique car il s'est créé d'emblée un monopole ou un oligopole selon les cas. D'ailleurs, ce n'est pas pour rien qu'on les appelle des médias "grand public".

Mais dès lors qu'il s'agit de web, peut-on parler de Mainstream? Pour reprendre des termes Smithiens, le web est une sorte de concurrence pure et parfaite. Internet en lui-même, est mainstream, on le voit notamment aux Etats-Unis car plus de la moitié de la population y a accès (source JDN), mais ce n'est pas pour autant qu'un site peut devenir grand public. Car plus on affine en partant de la population générale vers les utilisateurs de sites web, plus la population se réduit, ce qui parait logique.

Parlons des blogs: sont-ils mainstream? Pas si sûr. Nous avons ce que les blogueurs appellent "la blogosphère", nous avons aussi tout un tas de gens qui ont un blog mais qui se contrefichent de s'intégrer dans cette "blogosphère", ou qui ignorent tout simplement son existence. Mais globalement, cette blogosphère est à n'en pas douter une micro-sphère que bien peu de gens connaissent, et ce n'est pas car le mot blog parle à beaucoup de gens de la Gen Y comme moi qu'ils n'en ignorent pas 99% des concepts.

Les réseaux sociaux sont-ils mainstream? Pas du tout sûr, encore moins sûr pour la France. Les dernières statistiques que j'ai pu apercevoir il y a quelques mois parlent d'un peu plus d'un million de membres au début de l'année. sur 64 millions d'habitants, c'est à la fois beaucoup, mais pour autant pas énorme si l'on compare à l'audience d'une chaîne de télévision comme TF1.

Peut-être que je compare dans ce billet des choses qui ne sont pas comparables, mais pour moi on ne peut pas parler de mainstream, si ce n'est des sites comme Google, Yahoo ou Wikipedia (et encore), qui sont les rares à être en position de monopole ou d'oligopole, mais aussi les rares à pouvoir toucher un public ultra-large. Ceux qui disent que Twitter est plus mainstream qu'on ne le pense me font en tout cas bien sourire, et cette BD criante de vérité ne fait que confirmer ma pensée.

Twitter Mainstream?

Mes dernières réflexion me poussent à penser que la notion même de mainstream pourrait ne plus exister dans un futur plus ou moins proche (pas très proche pour autant), et ce grâce au web, du fait de la création des différentes micro-sphères et micro-réseau. C'est une bonne chose, qui risque d'impacter tout un tas de domaines, et qui pourrait peut-être révolutionner une culture voire même une économie?

BrightKite, le micro-blogging géolocalisé (+3 invitations)

J'ai enfin obtenu une invitation pour BrightKite, le nouveau service de micro-blogging géo-localisé, qui semblait à première vue très prometteuse, car faisant partie de l'incubateur TechStars. Le service est encore en beta privée, mais j'ai quand même pu y retrouver quelques amis comme Victor ou encore Mathieu.

BrightKite BrightKite - Screenshot

Alors BrightKite qu'est-ce que c'est exactement? Victor le définit comme tel dans son article sur BrightKite:

Brightkite (qui se prononce presque Brigitte) c’est assez awesome ! C’est un mash-up entre tumblr et twitter sopoudré de FireEagle pour la localisation !

Et il n'a pas complètement tort. BrightKite, qui au premier coup d'oeil ressemble beaucoup à SocialThing!, permet avant tout de dire où l'on est et avec ou sans précision. Un peu comme Dopplr, à la différence où l'on dit où l'on est sur l'instant, alors que Dopplr permet lui de dire où l'on sera, et sans précision. Ainsi, il devient donc possible de dire que vous êtes à Toulouse, ou encore de dire que vous êtes au Grand Zinc, 2 Boulevard Lascrosse à Toulouse (c'est l'adresse où a eu lieu la dernière Blog sur Garonne).

BrightKite vous permet donc de suivre vos amis de la même manière. Il est donc possible de savoir où sont vos amis. Sont-ils à deux pas? Sont-ils à l'étranger?

Sur Twitter, on ne connait pas forcément tous nos followers ou nos amis, et on n'a pas forcément envie qu'ils sachent où l'on se trouve, ce qui peut bien évidemment être très compréhensible. BrightKite introduit donc des notions très intéressantes en termes de sécurité et de confidentialité. Le service nous offre la possibilité de switcher d'un mode privé à un mode public via le simple clic sur un bouton. Ainsi, le mode public permet à tout le monde de voir où vous êtes, quelle que soit la précision que vous ayez donné sur le lieu. Le mode privé introduit lui par contre des possibilités très intéressantes. Il vous est possible de définir des niveaux d'accès selon les amis. Pour reprendre l'exemple précédent, il vous est possible par exemple que vos trusted friends voient l'adresse exacte de l'endroit où vous vous trouvez, et que vos autres amis n'aient accès qu'à la ville dans laquelle vous vous trouvez, alors que le public n'aura lui accès à rien. Et chacun de ces 3 niveaux de confidentialité est personnalisable.

Mais comme le dit Victor, BrightKite est aussi comme Tumblr, car il permet d'envoyer des notes ou des photos qui seront géolocalisés, afin de dire ce qu'il se passe autour de vous, ou même mieux de le montrer en envoyant une photographie de l'instant présent. Peut-être même qu'un jour on retrouvera de la vidéo ou du live streaming? En tout cas ça pourrait être une idée.

BrightKite - Victor fait son beau a SFO

BrightKite, c'est aussi Twitter et Google Maps, car il s'intègre à merveille avec. Il est possible de configurer le service de façon à ce que dès que l'on change d'endroit, le service va se servir de l'API de Twitter et envoyer un tweet pour dire où vous êtes, accompagné d'un lien qui placera votre tête sur Google Maps, tout en respectant les options de confidentialité que vous aurez pu définir.

BrightKite - Twitter BrightKite - GoogleMaps

Le service est aussi intégré à FireEagle, le service de géo-localisation des gens de Yahoo. Si comme moi vous possédez un compte sur Fire Eagle (qui est aussi en beta privée), dès que vous changerez votre localisation sur BrightKite, elle sera automatiquement changée sur FireEagle. D'après ce que j'ai lu, BrightKite accède aussi aux données de FireEagle, ce qui veut dire que l'inverse marche aussi. Donc, si vous prévoyez un voyage sur Dopplr, qui changera votre localisation aussi sur FireEagle, votre localisation sur BrightKite devrait aussi changer. A vérifier, cependant.

BrightKite - FireEagle

BrightKite est avant tout une application mobile, au même titre que twitter, ce qui veut dire qu'il est possible de Brightkitter (??) depuis votre téléphone portable. Ce service n'est malheureusement accessible qu'aux abonnés US chez AT&T, T-Mobile et quelques autres opérateurs de téléphonie mobile. En revanche, il est possible de se servir de BrightKite sur iPhone et iPod Touch, dans une interface adaptée aux technologies mobiles d'Apple. Je viens de tester, et c'est plutôt bien fait.

BrightKite est donc une très belle application, promise à un bel avenir tant les possibilités offertes sont impressionantes. J'ai encore 3 invitations que je peux envoyer. Premiers arrivés, premiers servis!

- page 2 de 4 -