Exotech.biz

Web, Technology & life by Bastien Labelle

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Sait-on ce qu'est le Web 2.0?

Je n'aime pas m'avancer sur des terrains très boueux que sont les terrains politiques, mais il faut avouer que j'avais fortement envie d'écrire sur ce petit buzz généré depuis hier concernant Frédéric Lefèbvre. Pour ceux qui l'ignorent, cet homme est un député français qui sera peut-être bientôt Secrétaire d'Etat de l'économie numérique. Il a été interviewé par BFM et n'a pas su répondre à la question posée par Jean Jacques Bourdin qui était "Qu'est-ce que le Web 2.0".

C'est amusant comme je peux trouver pathétique la réaction des blogs à ce sujet. Pour tout dire, j'ai été averti de la news dans ma liste de partage Google Reader, et j'ai pu lire l'information (si je peux la qualifier ainsi) chez ReadWriteWeb France, blog auquel je ne suis pas abonné (dieu merci, leur équivalent américain est tellement meilleur). J'ai la vague impression qu'on tombe à la limite du troll: "cela reste très révélateur de la connaissance qu’à Frédéric Lefebvre de l’internet". Pathétique. Tout comme les "ça en dit long" que j'ai pu lire sur quelques autres blogs qui m'étaient alors inconnus. Pathétique, oui, car personne ne prend le temps de répondre à la question tellement cela parait évident. Ou peut-être parce que personne n'a la réponse? En tout cas la réplique et la moquerie sont un peu faciles, surtout quand on prétend être l'équivalent français de ReadWriteWeb US, qui est certainement l'un des meilleurs blogs en termes d'analyse autour du web.

J'ai eu l'occasion de répondre à cette question durant les cours que j'ai pu donner à des élèves de l'ESC Toulouse. Tout d'abord, il y a la définition presque officielle de Tim O'reilly, mais quelqu'un a-t-il pris le temps de la lire? Tout d'abord, Tim O'reilly a essayé de la définir, et il s'y est même pris à deux reprises.

Web 2.0 is the business revolution in the computer industry caused by the move to the internet as platform, and an attempt to understand the rules for success on that new platform. Chief among those rules is this: Build applications that harness network effects to get better the more people use them. (This is what I've elsewhere called "harnessing collective intelligence.")

Le fait est que cette définition est totalement imbitable. Est-ce que c'est cette réponse que l'on aurait aimé entendre de la part de Fabrice Lefèbvre? Je n'en suis pas sûr.

Alors après avoir lu cette magnifique définition à mes étudiants (qui la trouvaient tout aussi imbitable que moi), j'ai pu leur exposer quelques pistes: Est-ce que le Web 2.0 c'est AJAX? Est-ce que c'est le fait d'avoir un badge beta à côté de son logo? Est-ce que c'est le fait d'avoir un design glossy? Est-ce que c'est le contenu généré par les utilisateurs? Est-ce que c'est les Facebook? Est-ce que c'est MySpace? Est-ce que c'est les réseaux sociaux? Est-ce que c'est la portabilité des données et les APIs? Est-ce que c'est les nuages de tags? Est-ce que c'est les applications web? Est-ce que c'est la Génération Y? Est-ce que c'est Youtube et Dailymotion? Est-ce que c'est Twitter? Oui, c'est un peu tout ça. Et pourtant c'est à la fois rien de ça. Est-ce que c'est cela que l'on aurait aimé entendre de Monsieur le député? je n'en suis pas sûr.

Pourquoi? Parce que le "Web 2.0", mot que l'on utilise trop souvent sans même savoir ce qu'il signifie. Pour moi c'est simplement un Buzzword, qui aide des gens à vendre, qui est hype et tendance. Le Web 2.0, c'est du marketing. Du marketing pur et dur. Et quand Jean-Jacques Bourdin résume ça a simplement Facebook et MySpace, je ne sais pas vous, mais ça me fait vaguement rire.

C'était donc une belle question piège à laquelle il n'y a pas vraiment de réponse, et répondre "Le Web 2.0 c'est le Web d'aujourd'hui sur lequel les Français surfent" n'est pas totalement idiot. Car quand on me demande ce qu'est le Web 2.0, ma réponse est "Le Web 2.0 c'est avant tout le Web". Et en toute honnêteté, je ne vois pas quoi répondre de plus. J'ajouterai que de plus, l'économie numérique c'est tout de même autre chose que le Web 2.0, c'est tout un écosystème d'entreprises qui gravitent autour des nouvelles technologies, vous noterez d'ailleurs les deux mots importants de cette phrase: économie et entreprises. Le reste importe peu.

Loin de moi l'idée de défendre le député ou d'enfoncer le journaliste, mais je trouvais la réaction de certains blogueurs vraiment trop simpliste et hautaine.

FOWA'08 London Review

Après avoir assisté au FOWD'08 à Londres, je ne pouvais certainement pas manquer la session 2008 du Future Of Web Apps à Londres, dont voici un bilan assez court (désolé, c'est le bordel, je n'ai une fois de plus pris aucune note) sur les sessions qui ont su selon moi se démarquer. Si vous n'avez pas le temps de lire, retenez donc ces quelques mots qui ont été les mots clés de cette conférence: Scalabilité, Queuing, Sécurité, Partage.

FOWA 2008 London

Lire la suite...

Amitié et confidentialité sur le web social

Après avoir remarqué il y a quelques temps de celà la terminologie pour le moins originale des réseaux sociaux, je pense qu'il est bon de s'attacher à cette notion d'amitié liée aux réseaux sociaux. Vous aurez sans doute remarqué qu'il est possible de faire des listes sur Facebook, des sets sur Pownce, ou d'avoir des trusted friends sur BrightKite. Ces groupes, appelons-les comme ça, permettent de définir une politique de confidentialité au sein des données que vous publiez.

A moins que vous ne soyez comme Robert Scoble ou encore Loïc Le Meur et que vous ayiez une notion de l'amitié bien particulière et que tout le monde soit votre ami (je n'ai aucune objection à cela, mais disons que je n'ai pas la même vision des choses), on voit bien que ces fonctionnalités de confidentialité répondent à un besoin essentiel: le besoin d'intimité, le besoin d'avoir de la vie privée.

Au delà de ces besoins, j'observe deux choses:

  • Le web social permet de se connecter de plus en plus avec n'importe qui, n'importe où et n'importe quand.
  • Les données que nous manipulons sont de plus en plus personnelles, et donc de plus en plus sensibles, d'où la notion de listes d'accès ou de trusted friends.

Le virtuel se rapproche qu'on le veuille ou non, dangereusement, ou pas selon les points de vue, du réel. Nous manipulons des données qui sans en avoir l'air sont très sensible: sur Facebook, il est possible d'indiquer sa religion, son numéro de téléphone, son adresse, sur d'autres services sa géolocalisation exacte. Et ce n'est pas l'internaute lambda que je vise. Car non, l'internaute lambda, lui, a plutôt peur de laisser toutes ces données "sur l'internet". Je m'adresse donc plutôt à quelqu'un un peu plus early adopter. Faites attention à vos données.

Monétisation des services web?

Je voulais, lors de l'anniversaire de ce blog, faire un bilan des choses que le blogging m'avait apporté. Ce dont je vais parler n'est pas à proprement parler quelque chose que le blogging m'a apporté, mais plutôt quelque chose que j'ai compris concernant la monétisation des sites web 2.0.

Money

Car bloguer sur les nouvelles technologie du web, ça fait comprendre pas mal de choses, notamment au niveau monétisation. Nous parlions justement de ce petit problème de réticence à payer un service sur Internet, il y a quelques temps sur Pownce. Et c'est vrai que le web 2.0 nous a un peu trop habitué au tout gratuit. Pourtant, il y a bel et bien un petit souci dans ce monde du tout gratuit. Ben résume assez bien la situation (je me permets de traduire ses dires):

  • La bande passante coûte de l'argent
  • Le développement coûte de l'argent
  • L'administration coûte de l'argent
  • Les fondateurs doivent manger (NDLR pas qu'eux, d'ailleurs!!!)

Ces quatre petites phrases résument extrêmement bien la situation. Alors, depuis peu, il m'arrive de payer pour profiter de certains services. Par exemple Flickr, même si Flickr c'est Yahoo. Pownce aussi, mais c'est différent (c'est plutôt pour l'amour du service). Car oui, derrière chaque site web, chaque service 2.0, il y a des petites mains, des gens (Dev, Designer, CEO, CMO, etc.) qui travaillent dur. Et je ne pense pas non plus que la publicité soit le meilleur moyen de gagner des sous, ni d'ailleurs le plus aisé.

Pour toutes ces raisons, j'ai donc moi aussi du mal à croire en l'avenir des services gratuits, d'autant plus quand il s'agit de petites startups innovantes. De plus, j'estime que tout travail nécessite une rémunération, directe ou indirecte, avec une préférence pour la rémunération directe. D'ailleurs, cette manière directe est à mon sens bien plus glorieuse que la pub.

Il y a donc de nombreux services pour lesquels je serais prêt à payer. Netvibes en fait (entre autres) partie. Parce qu'ils le valent bien.

Webdeux.Connect Summer Edition: Attending

Webdeux.Connect Summer Edition

Juste une petite note pour dire que je serai présent à l'évènement de Jeff, le Webdeux.Connect Summer Edition, qui se tiendra le 28 juin prochain sur les quais de Seine. Sûrement une bonne occasion de se croiser et d'échanger là-bas!

Pour ceux qui souhaitent venir, l'inscription est gratuite et se passe sur Amiando.

LaunchSoon, faisons du teasing!

Voilà une start-up qu'elle est originale. Il est vrai que bien souvent lorsqu'on lance un service on oublie souvent une page qui est pourtant essentielle, et ce n'est pas Stéphane qui me contredira: la page d'attente ou d'invitation.

LaunchSoon

Car oui, c'est à la mode de faire des pages d'attente ou d'invitation. Alpha privées, beta privées, teasing, sont des mots qui sont très à la mode depuis un certain moment dans le petit monde du web 2.0. C'est le créneau de LaunchSoon, de vendre un script de page d'attente, qui vous permettra de réaliser la votre en moins de cinq minutes. Vous téléchargez, vous configurez, vous uploadez, et c'est prêt! Tout les ingrédients y sont: compte à rebours, mailing-list, invitations, customisation via les CSS, etc.

Mais même s'il a su attirer des clients comme Yahoo, qui s'est servi de LaunchSoon pour la page de teasing de Fire Eagle (cf image) dont on a beaucoup entendu parler ces derniers temps (voir GigaOM notamment), j'imagine qu'il doit exister bien des solutions similaires gratuites, ou qu'il ne devrait pas tarder à s'en créer bientôt, ce qui me fait donc douter sur la perennité d'un tel produit...

Note: 400è billet, qui veut du Champagne?

Quote du lundi #30

Pourquoi les poules aiment Flickr, Digg et Youtube ?

Parce que c'est du «web d'oeufs»

Belle blague, Guillaume!

Web Trend Map 2008: Mapping des meilleurs sites web 2008

J'avais déjà évoqué il y a quelques temps la Web Trend Map 2007 qui faisait une cartographie des principaux sites web qui marchent dans le monde autour de la carte du métro de Tokyo.

Mon ami Ahmed vient de me signaler via Pownce que la version 2008 vient de sortir, et se présente différement. L'année dernière c'était une vue aérienne, nous avons cette année droit à une vue en perspective. Encore du beau travail d'Information Architects, où on retrouve de plus en plus de services de mieux en mieux cartographiés.

Web Trend Map 2008

A télécharger au format PDF, mais vous pouvez visiter la version en ligne. Mais cette version en ligne et cliquable est au même format que l'ancienne, c'est à dire vue du dessus. Ca serait sympa si il y avait une animation Flash, un peu à l'image d'un jeu vidéo tel Sim City ou n'importe quel jeu de stratégie. Espérons qu'ils y pensent!

Netvibes, best international startup

Un grand bravo à toute l'équipe de Netvibes pour leur award aux Crunchies: Best International Startup!

Bravo les gars, continuez comme ça (PS: y'a plein de gens qui attendent Ginger, il parait)

PS: Merci encore pour tout, Ginger et LeWeb3 ;)

Webdeux.connect: merci Jeff!

Comme vous le savez, j'étais ce weekend au Webdeux.connect, l'évènement organisé par Jeff Ruiz pour l'anniversaire de son blog. Une belle journée avec des conférences intéressantes. L'idée de la connecting party était aussi une bonne idée, même si j'ai pu constater que le networking marchait beaucoup mieux pour moi autour d'un verre dans un bar!

Webdeux.connect

Alors voilà mon point de vue sur les conférences auxquelles j'ai pu assister.

Une première conférence sur l'emploi 2.0 qui s'est avérée très intéressante, les speakers n'ont pas passé tout leur temps à vendre leur produit mais ont débattu sur leur vision des choses concernant le marché de l'emploi et son avenir sur Internet, ce qui est à mon sens une bonne chose. De plus, je noterai que la conférence s'est assez vite transformée en débat ou chacun a pu échanger sa vision des choses et poser des questions. Je noterai aussi quelque chose qui m'a marqué: Richard révisait ses cours de Droit durant la conférence, ce qui m'a fait pas mal rire!

La deuxième conférence à laquelle j'ai pu assister tournait autour des blogs et communautés 2.0. La présentation d'Alenty a été un peu confuse, mais j'avoue avoir passé environ 3 heures sur le site avant de comprendre de quoi il s'agissait, et je peux vous dire que c'est sacrément balaise! On a pu constater que la plupart des blogueurs présents dans la salle bloguaient essentiellement par passion, mais je soupçonne certains d'avoir menti (3 personnes seulement avec de l'adsense sur leur blog dans tout la salle...? Mouais! :) ). La partie sur la SEO et le référencement a été présentée par un vrai passioné (qui a d'ailleurs parlé de SEO jusqu'à 2h du matin au restau), mais je ne pense pas que ce fut ce qui a intéressé le plus de monde.

La troisième conférence était quant à elle rassemblé bien peu de monde, et c'est bien dommage car il y avait une présentation de Goojet. Certains intervenants ont parlé du Japon, pays ultra-connecté qu'on oublie bien (trop) souvent alors que c'est certainement le pays le plus high-tech du monde, et c'est une bonne chose de se rendre compte de ce qui se fait là-bas. Pour tout dire j'ai été assez distrait durant cette conférence, pour la simple et bonne raison que j'étais assez occupé à me marrer avec ma voisine (malheureusement pour nous, nous nous sommes fait prendre en flagrant délit sur Seesmic par FleX)...

Au niveau de la connecting party, j'ai pu rencontrer la jeune fille à la robe bleue, tout sourire (il faut croire que j'avais une bonne main quand j'ai pioché la carte de visite dans les mains de Jeff). Celui qui a pioché ma carte est Timothée (qui a fait un résumé bien meilleur que le mien), nouveau rédacteur sur webdeux.info aussi sympathique que les autres!

La journée qui avait commencée au Paradis du fruit à Bastille avec Victor, Jennifer et Romain s'est terminée avec l'after (en moins glamour un restaurant avec toute une floppée de blogueurs). L'after de l'after s'est terminé à l'Indian Café avec Otto (il parait que sa carte de visite est courtisée... j'en ai une!), Jimmy, Fred, Damien et d'autres.

Un samedi bien rempli, où j'ai pu revoir plein de gens sympas et en rencontrer quelques uns de nouveaux. Je tenais à remercier Romain pour l'hébergement (et ravi d'avoir pu te rencontrer), mais aussi un grand merci à Jeff et toute son équipe pour toute l'organisation, c'était vraiment sympa. Si jamais y'a un webdeux.connect pour les trois ans du blog, je suis bien évidemment partant!

Note: pour ceux que ça intéresse y'a plein de photos , (et certainement ailleurs, j'en suis sûr).

Note 2: Pour ceux que le 36 15 ma vie intéresse il y'a des photos de l'after de l'after de l'after du webdeux.connect qui sont aussi disponibles!

- page 1 de 4